chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
192 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Proscription - Conduit

Chronique

Proscription Conduit
Depuis la mise à l’arrêt regrettable de MAVETH l’expatrié Américain Terry Clark (alias Christbutcher) s’est montré relativement discret, car hormis l’album d’EXCOMMUNION celui-ci n’a pas fait grand-chose depuis. En effet bien qu’ayant créé PROSCRIPTION au moment du split de sa formation phare, cette nouvelle entité s’est faite particulièrement silencieuse et sort enfin ce long-format trois ans après sa première (et seule) sortie officielle. Entouré de vieux briscards qui ont fait leurs preuves dans nombre de combos locaux (notamment LANTERN) le Finlandais de cœur retrouve ici le style qui a fait sa réputation, sans pour autant arriver à égaler le travail fourni sur « Coils Of The Black Earth ». Si on retrouve totalement l’ambiance de celui-ci et généralement le son Finnois putride à la CORPSESSED et LIE IN RUINS, il faut bien reconnaître que si tout est parfaitement calibré et exécuté ça reste cependant un peu trop standard et lambda pour être totalement marquant. Si ce résultat serait particulièrement apprécié et encouragé chez des petits jeunes débutants, ici quand on connaît le pedigree des mecs on s’aperçoit qu’il manque clairement un petit quelquechose pour se dresser au-dessus de la mêlée, même si attention ce disque est quand même très bon même s’il est assez classique sur le fond comme la forme.

Car après une intro qui navigue entre film d’horreur et générique de « Game Of Thrones » voici que débarque l’excellent « I, The Burning Son » qui n’est plus ni moins que la meilleure compo de l’album tant l’équilibre des forces y est ici présent. Jouant autant sur le tabassage intensif que la lenteur la plus étouffante on se retrouve plongé dans une ambiance humide à outrance, particulièrement poisseuse et hermétique à la froideur absolue typiquement locale. Offrant aussi bien des passages infernaux et d’autres plus occultes ce premier titre se révèle lancinant et implacable, donnant le ton avant l’arrivée du tout aussi réussi « Red Sacrament Black Communion ». Misant sur le grand-écart entre lourdeur extrême et blasts déchaînés il n’y a pas de place ici pour le juste milieu, cela permet ainsi de densifier un peu plus la musique et de renforcer le côté glauque parfaitement retranscrit, surtout sans jamais trop en faire. En effet le quatuor n’abuse pas en matière d’excès et surenchère technique ce qui lui permet de conserver une certaine fluidité, et heureusement d’ailleurs car il a malheureusement tendance à rallonger inutilement son propos, un défaut qui va être récurrent par la suite. Dès la longue intro de « Radiant Midnight » ce détail va apparaître au grand-jour, car bien qu’étant réussie cette plage a du mal à se finir à l’instar de l’autre partie plus enlevée et qui conclut de fort belle façon, mais qui aurait gagné en densité et en puissance en étant plus courte. Au lieu de cela on a l’impression qu’un faux-rythme est présent et cela finit par nuire à l’attention globale portée à cet opus, à l’instar du brutal et tribal « Thy Black Nimbus Gate » où la lenteur s’efface au profit d’une vitesse quasiment continue, et qui se montre particulièrement addictif mais souffre là-encore d’une difficulté à se terminer correctement.

Du coup on finit par un peu décrocher en chemin et écouter tout cela d’une oreille distraite, il faut dire que certains plans ont tendance à se montrer interchangeables malgré une cohésion de tous les instants et quelques leads tonitruants sortis du néant, qui amènent un regain d’intérêt global. Ceci apparait sur le martial et tonitruant « Voiceless Calling » où un long solo travaillé émerge du chaos ambiant, porté par un rythme exalté qui ne ralentit qu’en de rares occasions, et renforce la réussite de cette écriture radicale et sans concession, tout le contraire du rampant « Blessed Feast Of Black Seth » à l’obscurité renforcée. Cependant bien que montrant une facette plus massive là-encore le temps global s’éternise sans raison, et finir par donner une sensation de linéarité qui n’aurait pas eu lieu en allant à l’essentiel. Si cela s’entend encore sur « To Reveal The Words Without Words » sa noirceur renforcée et sa morbidité attirante finissent de convaincre via des variations de tempos nombreuses et variées, au contraire du fulgurant « Conduit » qui sert de défouloir et montre une plus grande sobriété. On s’énerve franchement que les gars n’aient pas plus persévéré dans cette voie, vu qu’ici ça ne s’embarrasse pas de futilités ni ne s’éternise tant ça se montre à la fois remuant et expéditif, et ça fait d’autant plus regretter que ce genre de morceau ne soit pas arrivé plus tôt.

De fait il ressort un sentiment bizarre une fois arrivé au bout du disque, car on sent que les mecs sont capables de mieux vu leur expérience personnelle, mais aussi qu’ils ne se sont pas forcément beaucoup foulés. Du coup on a le droit d’être déçu malgré les qualités intrinsèques de l’ensemble, vu que ça se révèle être trop scolaire mais cependant bien foutu et accrocheur sur certains passages, bref assez paradoxal. Autant dire que cette sortie ne marquera pas l’année de son empreinte tant ça manque parfois de folie et l’on aurait aimé que ça explose un peu plus de partout afin d’exploiter totalement le potentiel de chacun des musiciens. Du coup bien qu’étant efficacement composé et produit ça reste malgré tout trop juste pour devenir indispensable, et faire de ce nom un des ténors du pays des mille lacs, qui n’en manque pourtant pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Proscription
Blackened Death Metal
2020 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.42/10

plus d'infos sur
Proscription
Proscription
Blackened Death Metal - 2017 - Finlande
  

nouveaute
A paraître le 24 Septembre 2020

tracklist
01.   Four Wings Within The Samiel
02.   I, The Burning Son
03.   Red Sacrament Black Communion
04.   Radiant Midnight
05.   Thy Black Nimbus Gate
06.   Voiceless Calling
07.   Blessed Feast Of Black Seth
08.   To Reveal The Words Without Words
09.   Conduit

Durée : 43 minutes

line up
Essayez aussi
Destruktor
Destruktor
Nailed

2009 - Hells Headbangers Records
  
Atriarch
Atriarch
Forever The End

2011 - Seventh Rule Recordings
  
Scythian
Scythian
Hubris In Excelsis

2015 - Hells Headbangers Records
  
Front
Front
Antichrist Militia (EP)

2020 - Iron Bonehead Productions
  
Sarpanitum
Sarpanitum
Blessed Be My Brothers

2015 - Willowtip Records
  

Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique