chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
179 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kvelertak + Toxic Holocaust + The Secret + Wolves Like Us

Live report

Kvelertak + Toxic Holocaust + The Secret + Wolves Like Us Le 29 Novembre 2011 à Paris, France (Nouveau Casino)
La fin du mois de novembre aura été particulièrement chargée en concerts. Gorgoroth et Vader, le Thrashfest, le Hatefest et entre les deux cette affiche plutôt éclectique proposée par Garmonbozia et qui voit se mélanger d’un côté un public metal/thrash et de l’autre un public plutôt orienté metal/hardcore new school. Au programme ce soir, quatre groupes d’horizons différents avec les outsiders de Wolves Like Us, les Italiens de The Secret, les thrashers de Toxic Holocaust et les décidemment très hype Kvelertak.

Arrivé un peu en avance, je constate qu’il y a encore peu de monde présent au Nouveau Casino. Forcément, les premières parties ont toujours eu la vie dure et ce n’est pas prêt de changer finalement. Il faut dire que les Norvégiens de Wolves Like Us (signés sur le label Prosthetic) pratiquent un indie rock un peu vénère qui fait penser à un Hot Water Music (pour la voix râpeuse) sous amphétamine. Autant dire que ce n’est pas vraiment une musique qui se destine au public de Toxic Holocaust. Néanmoins le groupe fait bonne figure en proposant des compositions dynamiques et assez catchy. Le groupe joue devant un parterre plutôt clairsemé mais qui montre malgré tout un certain intérêt pour leur musique. Sur la demi-heure de set, je relève pour ma part un ou deux très bons morceaux (notamment "Deathless" qui est effectivement un tube), le reste s’inscrit plus dans le registre de l’anecdotique mais pas dégueu pour autant. Je jetterais malgré tout une oreille à leur musique histoire d’en avoir le cœur net.

Les Italiens de The Secret étaient les prochains sur la liste. C’est avec Toxic Holocaust, l’autre groupe que j’avais vraiment très envie de voir ce soir. La mise en place est rapide, un joli backdrop aux couleurs de la pochette de Solve Et Coagula trône fièrement derrière le groupe alors que résonne les premières notes. The Secret débute par une longue intro bien pesante histoire de mettre dans l’ambiance un public qui ne semble pas vraiment familier avec la musique des Italiens. L’intro dure, dure et dure… Un peu trop longtemps à mon goût d’autant que les membres ont l’air un peu excédé par le manque de réactivité de l’ingé son en place à qui ils demandent expressément de baisser les retours. Au bout de trois ou quatre minutes, The Secret lance son assaut sonore à la face de l’audience parisienne. Et là pour ma part le soufflé retombe. On ne comprend rien, la guitare est noyée dans un amas de basse et de bruits parasites. Je connais pourtant assez bien les albums mais je distingue à peine les morceaux, tout juste lors des breaks sur lesquels la guitare se fait plus nette et tranchante. Dommage car sur album, ce son à la suédoise donne beaucoup de vigueur aux morceaux de The Secret alors que là, ça manque cruellement d’attaque. La réponse du public semble plutôt mitigée et j’imagine ne pas être le seul à ne pas trop comprendre ce qui se passe sur scène. De son côté, le groupe fait le boulot s’en en faire plus. Assez distant les musiciens sourient à peine... Bon bah tant pis, j’espère que ce sera mieux la prochaine fois, enfin si prochaine fois il y a…

Pour avoir le sourire aux lèvres, il fallait donc compter sur Toxic Holocaust qui lui, à parfaitement joué son rôle. Malgré un set raboté de quelques minutes (à peine quarante minutes au total), ça a été pour moi le meilleur groupe de la soirée. Ok leur musique est tout ce qu’il y a de plus basique, ok c’est du déjà vu et/ou entendu mais putain, qu’est-ce que c’était bon! Trois gaillards en provenance direct des années 80 venu prêcher la bonne parole au son d’un thrash/metal délicieusement old school. Circle pit, refrains repris en chœur, headbanging… La salle est conquise et moi avec. Ca riff sec avec un son bien plus compréhensible que pour The Secret. Toxic Holocaust nous offre une set list variée sur laquelle on retrouve "Nuke The Cross", "Bitch", "666", "Wild Dogs", "Metal Attack" ou encore "War Is Hell". Autant de tubes thrash aux refrains fédérateurs qui malgré leur simplicité évidente suffisent à électriser la salle. On ne pourra regretter qu’une seule chose, que leur set n’ai pas duré plus longtemps. Raaaaa…

Pour terminer cette soirée, on retrouve la sensation norvégienne du moment, à savoir Kvelertak. Un groupe qui mélange punk rock, hardcore et black metal pour un rendu certes efficace mais au final un peu redondant. Vous allez me dire que c’est exactement ce que je viens de dire de Toxic Holocaust… Oui, c’est vrai… Sauf que Kvelertak est loin de me faire le même effet. Quoi qu’il en soit, le groupe ne manque pas de bonne volonté, motivé probablement encore davantage par la présence des équipes de Tracks (oui, l’excellente émission sur Arte). Alors que débute le set, le public se met rapidement en branle donnant ainsi le change aux six musiciens (il y a quand même trois guitaristes). Les morceaux de Kvelertak passent plutôt bien l’épreuve de la scène alors que les riffs, les mélodies plutôt faciles et l’énergie rock’n’roll que déploie le groupe donnent forcément envie de headbanger. La musique des Norvégiens se veut communicative et assez bien foutu pour au moins être convaincante sur scène. Les musiciens s’en donnent donc à cœur joie, la bassiste allant même jusqu’à grimper sur le zinc du bar, dans un esprit résolument rock’n’roll. Tout ça est très certainement téléphoné (rapport au tournage de l’émission) mais ça fait toujours son petit effet. Passé trente-cinq minutes, j’avoue par contre en avoir un peu marre, je m’esquive alors vers le fond de la salle pour le dernier quart d’heure en attendant que cela se termine.

Conclusion, bonne petite soirée même si j’ai été relativement déçu par le set de The Secret. Heureusement il y avait Toxic Holocaust dont la prestation d’à peine quarante minutes à suffit à faire de ce concert une réussite. Quant à Wolves Like Us et Kvelertak, je n’en attendais pas grande chose. Les deux ont été bons dans leur genre. Kvelertak est assurément un groupe de scène qui sait mener sa barque là où il veut. Efficace et dynamique, leur musique séduit dès les premières secondes. Mais pour ma part ce n’est pas suffisant pour le coup. J’aurai préféré un set plus court de leur part et quelques minutes de plus pour Toxic Holocaust.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kvelertak + Toxic Holocaust + The Secret + Wolves Like Us
plus d'infos sur
Kvelertak
Kvelertak
Necro n'roll - 2007 - Norvège
  
The Secret
The Secret
Crust / Hardcore - 2003 - Italie
  
Toxic Holocaust
Toxic Holocaust
Thrash Punk - 1999 - Etats-Unis
  
Wolves Like Us
Wolves Like Us
Norvège
  

Swarmageddon
Lire l'interview
Cultum Interitum
Poison Of Being
Lire la chronique
Behemoth
Demigod
Lire la chronique
Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview