chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abyssal - Antikatastaseis

Chronique

Abyssal Antikatastaseis
Alors que j’avais dans l’idée de m’atteler tout d’abord à la chronique de Denouement, premier album d’Abyssal sorti en 2012, me voilà aujourd’hui rattrapé par le temps. L’heure des bilans de fin d’année ayant sonné, je me vois effectivement dans l’obligation de changer mes plans pour vous parler du troisième album de cette mystérieuse entité anglaise dont on ne sait toujours pas grand-chose si ce n’est que G.D.C. en est une fois de plus l’unique tête pensante. Néanmoins, ce dernier s’est octroyé à l’occasion de ce nouvel album les services du Finlandais Timo Häkkinen (Kataplexia, Serocs, Sotajumala...) venu ainsi apporter son expertise derrière les fûts.
Sorti en juin dernier sur Profound Lore Records, Antikatastaseis se présente, à l’image de son prédécesseur, sous la forme d’un digipack extrêmement sobre dont l’artwork a été confié à un certain C. Jones. Un objet simple et visuellement captivant qui, d’emblée, suffit à donner envie de se plonger sans retenu dans le Death Metal dense et profond du bien nommé Abyssal.

Loin de chercher à brouiller les pistes sur ses ambitions, le groupe attaque très fort en renvoyant l’auditeur aux souvenirs sombres et douloureux de l’excellent Novit Enim Dominus Qui Sunt Eius. On retrouve ainsi très vite ce qui faisait le charme et la force de son prédécesseur à savoir un Death/Black dense et organique mêlé à une production qui conserve une fois encore cet aspect synthétique caractérisant déjà les deux précédents disques du groupe. Un moyen pour Abyssal d’apporter de la lisibilité là où règne en général chez ses confrères (Portal, Mitochondrion, Antediluvian, Impetuous Ritual...) une certaine opacité étouffante.
Mais si le chemin emprunté par G.D.C semble cousu de fil blanc pour quiconque a déjà posé ses oreilles sur la musique de l’entité anglaise, Antikatastaseis révèle pourtant son lot de surprises qui, en plus de faire s’interroger l’auditeur en le sortant parfois de sa zone de confort, atteste d’une volonté d’offrir une musique plus riche, aboutie et personnelle que par le passé. Ainsi, sans transcender les genres auxquels il fait référence, ce nouvel album emprunte des sonorités nouvelles et parfois même déconcertantes comme pour mieux mettre en avant la personnalité éclatante d’un groupe au sommet de son art.
Outre cette longue séquence tribale et ritualiste sur le premier tiers de "The Cornucopian", on retrouve ainsi tout au long de cet album quelques passages reflétant très justement ce désir de singularité. A l’image par exemple de cette mélodie au piano sur "Veil Of Transcendence" qui pourrait très bien être tirée d’une comptine imaginée par Tim Burton. Une mélodie qui, au-delà du break plutôt inattendu où celle-ci fait son apparition (06:16), va s’inviter discrètement sur la deuxième partie du morceau, derrière le chaos ambiant de ces guitares et de cette voix gutturale et profonde. On se retrouve alors sur deux niveaux de lecture relativement déstabilisant puisque, comme moi, vous aurez l’impression étrange d’avoir deux titres complètement antinomiques joués dans les oreilles au même instant. Pour le reste, Abyssal semble vouloir faire rentrer la lumière grâce à de nombreux passages moins tendus et surtout beaucoup plus mélodiques. G.D.C. révèle ainsi son intérêt pour la scène Post-Black Metal et ses sonorités plus éthérées comme le prouve par exemple "Telomeric Erosion" à partir de 02:04. Alors que les guitares se font plus aériennes, le chant de G.D.C. opte pour une approche plus douce et nettement moins dense. Même constat sur les titres "A Casual Landscape" où les leads discrets et lumineux sont accompagnés de ces voix vaporeuses et fantomatiques, "Chrysaliis" et ses mélodies solaires et envoutantes qui viennent ainsi porter cette longue conclusion ou bien encore la dernière partie du très bon "Delere Auctorem Rerum Ut Universum Infinitum Noscas") où ses mêmes mélodies éblouissantes viennent se mêler à la voix noire et profonde d’un G.D.C. bien conscient d’offrir à ses auditeurs quelque chose d’à la fois nouveaux et potentiellement risqué puisque sortant quelque peu du schéma établi précédemment par le groupe anglais.

Et à ceux qui auraient quelques doutes quant à la portée destructrice de cette nouvelle offrande, je dis : "rassurez-vous". Les morceaux sont suffisamment longs (entre six et douze minutes) pour que G.D.C. ait largement le temps de construire et déconstruire ses différentes atmosphères. Les séquences, qu’elles soient intensives et éreintantes - les plus représentées - (blasts, riffs noirs, growl profond...) ou bien aériennes et lumineuses (leads mélodiques, atmosphères vaporeuses...), s’enchainent avec cohérence pour former un ensemble homogène et parfaitement digeste. Jamais en tant qu’auditeur nous ne sommes mis à l’écart et même lorsque les in/outroductions instrumentales faites de samples et de nappes synthétiques étranges et diffuses tendent à s’allonger (parfois plus de trois minutes pour certaines), nous sommes perpétuellement pris dans ce tourbillon complexe et protéiforme qui n’hésite pas à changer de cap au gré d’un G.D.C. omniscient et tout puissant. Seul maître à bord, il mène sa barque comme bon lui semble avec pour mission de se montrer plus subtil que par le passé tout en conservant cette agressivité, cette densité et cette puissance obscure qui caractérise Abyssal depuis déjà la sortie de Denouement en 2012.

Des risques, G.D.C en a donc pris quelques-uns avec ce troisième album intitulé Antikatastaseis. Des risques maîtrisés car dans le fond la recette déployée par l’Anglais demeure fondamentalement attachée aux principes déjà auto-dictés par l’unique tête pendante de la formation. Ceci étant, ce nouvel album se démarque quelque peu de ses prédécesseurs par une approche un poil plus audacieuse mais aussi plus personnelle. Brutale et ambiancée, sombre et lumineuse, dense et mélodique, la musique d’Abyssal fait de ses différences et paradoxes son atout principal dans le but de se démarquer (aisément) de la concurrence rude et impitoyable qui caractérise le milieu. Un retour réussi pour un groupe qui reste encore aujourd’hui extrêmement mystérieux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
19/10/2019 13:32
note: 8.5/10
Aucun commentaire pour cette excellente pièce de chaos contrôlé ?
Totalement raccord avec la chro en tout cas.
Un dark death massif, chaotique mais lisible, ça change car ça ne court pas vraiment les rues !
Perso je suis complètement happé par ce maelstrom ultra dense mais qui sait aussi apporter un souffle lumineux créant ainsi des bouffées d'air salvatrices qui contrebalancent parfaitement avec les déferlantes "abyssales" et l'ambiance dark presque suffocante par moments.
Un disque dominateur, immersif, singulier et addictif de bout en bout.

Pas encore écouté le dernier mais assez curieux pour le coup !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abyssal
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8.5/10
Webzines : (6)  8.51/10

plus d'infos sur
Abyssal
Abyssal
Death Metal - 2011 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   I Am The Alpha And The Omega  (06:28)
02.   The Cornucopian  (06:28)
03.   Veil Of Transcendence  (11:30)
04.   Telomeric Erosion  (06:11)
05.   A Causal Landscape  (07:54)
06.   Chrysalis  (08:02)
07.   Delere Auctorem Rerum Ut Universum Infinitum Noscas  (11:47)

Durée : 58:20

line up
parution
23 Juin 2015

voir aussi
Abyssal
Abyssal
Novit Enim Dominus Qui Sunt Eius

2013 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Sedimentum
Sedimentum
Demo (Démo)

2019 - Autoproduction
  
Smothered
Smothered
The Inevitable End

2013 - Soulseller Records
  
Godskill
Godskill
The Gatherer Of Fear And Blood

2018 - Mdd Records
  
Beyond The Void
Beyond The Void
Ex Nihilo Nihil (EP)

2020 - Autoproduction
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Into the Abyss

2000 - Nuclear Blast Records
  

Album de l'année
Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique