chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blood Incantation - Hidden History Of The Human Race

Chronique

Blood Incantation Hidden History Of The Human Race
Un EP et un album, c’est tout ce qu’il a fallu aux Américains de Blood Incantation pour devenir ce groupe dont tout le monde parle dans les milieux autorisés. Depuis la sortie de Starspawn il y a trois ans, la formation originaire de Denver est désormais partout, que ce soit dans la presse spécialisée, à l’affiche de tous les festivals ou presque, assurant les premières parties de groupes tels que Cannibal Corpse ou Immolation, vendant ses t-shirts comme on vend des croissants dans une boulangerie française un dimanche matin... Bref, les petits gars du Colorado ont su prendre leur place (sans compter les multiples projets dans lesquels ils sont également impliqués) quitte à faire évidemment quelques jaloux (à commencer par tous ceux qui utilisent le mot "hype" à tout bout de champ dès qu’un groupe vend plus de 500 disques). Alors forcément, quelques gros poissons ont commencé à leur faire les yeux doux. Dans ce jeu de séduction à sens unique, c’est Century Media qui a tiré le gros lot puisque c’est sur le label allemand que sort, tout du moins en Europe (Dark Descent Records assurant toujours le travail de l’autre côté de l’Atlantique), ce deuxième album naturellement très attendu.

Intitulé Hidden History Of The Human Race, ce dernier en a surpris plus d’un par son artwork coloré particulièrement vintage que l’on doit, une fois de plus, à monsieur Bruce Pennington (déjà plébiscité par le groupe pour l’artwork de son EP Interdimensional Extinction). Une œuvre qui remonte également aux débuts des années 70 et qui servira notamment à illustrer à l’époque une nouvelle de l’auteur de science-fiction Brian Aldiss baptisée "Space, Time and Nathaniel". Les commentaires Facebook se révélant parfois utiles, on apprendra également que cette peinture a été utilisée plus ou moins illégalement par un groupe canadien de Brutal Death afin d’illustrer son premier album sorti en 1995 (Agony, Apocalyptic Dawning).

A la manière de son prédécesseur, même si le groupe a ici réduit la voilure, Hidden History Of The Human Race ne propose que quatre nouveaux morceaux à se mettre sous la dent. Cela peut paraître une fois encore un peu chiche mais finalement on appréciera ce genre de format court puisqu’à l’instar de Starspawn, l’album ne dure que trente-six petites minutes. Construit d’ailleurs sur un modèle quasi-identique, on retrouve là encore un titre instrumental ("Inner Paths (To Outer Space)") servant de préambule à un nouveau titre fleuve culminant à plus de dix-huit minutes. Finalement, la seule différence se trouve dans l’agencement de ces nouvelles compositions au sein de l’album puisque ce long morceau clôture ici l’album au lieu de l’introduire comme ce fût le cas il y a trois ans avec "Vitrification Of Blood (Part 1)". D'ailleurs, ce nouvel album partage également d’autres points communs avec son aîné comme celui d’avoir été une fois de plus enregistré en full analogique aux World Famous Studios de Denver sous la houlette du producteur Pete DeBoer. Le résultat, équilibré et parfaitement lisible, offre notamment un son de batterie dynamique et naturel extrêmement agréable (mention spéciale à cette caisse claire qui claque bien comme il faut) ainsi qu’une place de choix à la basse de Jeff Barrett. Deux choses qui, dans les productions modernes d'aujourd’hui, sont loin d’être une constante.

En terme de contenu, Hidden History Of The Human Race ne diffère pas non plus spécialement de son prédécesseur. En effet, il aurait quand même été surprenant de voir Blood Incantation changer complètement de cap. Le groupe poursuit donc dans cette voie qu’il a lui-même tracé, un Death Metal relativement atypique qui, malgré des références toujours aussi évidentes allant de Morbid Angel à Demilich en passant par Timeghoul ou Immolation, conserve cette personnalité fortement marquée qui est la sienne. De ces riffs tortueux aux thèmes abordés en passant par ces sonorités spatiales qui ponctuent ici ou là certaines séquences, on retrouve sur ces quatre titres tout ce qui a fait jusque-là le charme des Américains. Si on a donc l’impression en écoutant ce nouvel album d’être un peu comme à la maison, cela n’empêche pas Blood Incantation de prendre parfois l’auditeur par surprise. Relativement classique dans sa construction, "Slave Species Of The Gods" surprend ainsi par cette attaque immédiate à laquelle on n’était clairement pas préparé. Une entrée en matière particulièrement tonitruante qui ne sera pas sans laisser quelques traces. Notons également ce break aux sonorités orientales pour le moins inattendues sur l’excellent "The Giza Power Plant" que le groupe exécute pourtant déjà sur scène depuis plusieurs mois ou bien encore ce titre instrumental bluffant qui, à l’image du clip diffusé il y a quelques semaines, va embarquer l’auditeur dans une espèce de trip psychédélique à base de pyramides, d'aliens, de planètes lointaines et de civilisations oubliées sur lequel un certain Antti Boman va venir poser en pleine explosion hallucinatoire un growl sorti des profondeurs les plus sombres de l’Espace...
Toujours aussi redoutable d’efficacité mais également toujours aussi varié, le Death Metal cosmique de Blood Incantation continue de régaler à chaque seconde. Comme évoqué un peu plus haut, le groupe américain lance ces retrouvailles sur l’un de ses meilleurs morceaux à ce jour. Outre ces premières secondes qui feront l’effet d’une déflagration inattendue prise en pleine tronche, on se réjouira encore et encore de ce riffing bouillonnant, de ces changements de rythmes incessants, de ces leads infernaux, de ce growl abyssal mais aussi de cette séquence entamée à 2:51 taillée pour rendre dingue absolument n’importe qui. Le reste, sans surprise, est bien évidemment calqué sur le même principe avec ces riffs tortueux et alambiqués, ces cassures rythmiques inopinées et incessantes, ces séquences plus aérées développant alors des atmosphères évoquant tour à tour le vide insondable de l’Espace ou bien l’existence de civilisation extra-terrestres insoupçonnées et pourtant grandioses. Bref, Blood Incantation continue de façonner son univers à sa guise sans donner l’air de se prendre la tête malgré l’évidente complexité que dissimule chacun de ces quatre titres. Tout à beau couler de source et paraître extrêmement fluide, on devine qu’il a fallu des heures de boulot acharné pour arriver à un tel résultat. Un constat évident tout au long de l’album même s’il l’est encore davantage à l’écoute de "Inner Paths (To Outer Space)" et son côté Free Death Metal ou de ce dernier titre de plus de dix-huit minutes qu’est "Awakening From The Dream Of Existence To The Multidimensional Nature Of Our Reality (Mirror Of The Soul)". Bien moins immédiat qu’un "Vitrification Of Blood (Part 1)", il m’a fallu plusieurs écoutes répétées avant d’arriver à rentrer véritablement dans cette ultime composition particulièrement ambitieuse où s’enchaîne les idées lors de séquences parfois bien différentes les unes des autres. Mais comme n’importe quel morceau de ce genre, les écoutes successives ont fini par payer, révélant ainsi tout le talent d’écriture d’un Blood Incantation au sommet de son art.

Difficile à l’écoute d’un tel album, si vous êtes en tout cas client de ce genre de Death Metal, de ne pas se montrer enthousiaste. De la production soignée permettant d’y voir clair à chaque instant et surtout d’apprécier les qualités de chaque musicien à ces riffs d’une autre dimension en passant par ces atmosphères étranges et absolument saisissantes, Blood Incantation a su se bâtir une identité rien qu’à lui à travers, pourtant, des influences somme toute évidentes. Alors si le groupe est "hype" pour certain, il n’a selon moi pas volé son succès et sa renommée. Chaque écoute que ce soit cet album ou ce que le groupe a sorti précédemment, est l’occasion de découvrir de nouvelles choses et surtout de prendre un pied incroyable. Un des albums de l’année, évidemment...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

18 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
28/04/2020 17:27
Ou m'envoyer un SMS Moqueur
Mitch citer
Mitch
28/04/2020 14:51
coreandcoupdate a écrit : OK c'est la dernière fois que je fais un commentaire depuis mon smartphone de merde. Y aurait pas un admin pour faire le ménage ? Deadounet ?

Oui tu nous as bien spammé avec ton Afterbirth. Mr Green

Pour contacter Dead il faut aller sur Steam.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/04/2020 14:42
coreandcoupdate a écrit : OK c'est la dernière fois que je fais un commentaire depuis mon smartphone de merde. Y aurait pas un admin pour faire le ménage ? Deadounet ?

Hahahahahahahahahahaha
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
28/04/2020 12:28
OK c'est la dernière fois que je fais un commentaire depuis mon smartphone de merde. Y aurait pas un admin pour faire le ménage ? Deadounet ?
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
27/04/2020 20:36
Solarian a écrit : Par les temps qui courent, un groupe estampillé DM doté d'une vraie personnalité, balançant une musique singulière, brutale et créative, ambiancée et catchy, technique sans pour autant verser dans le concours de zobes réglementaire ou la pédanterie stérile, le tout accompagné d'un concept original, ça serait quand même dommage de passer à côté.


Dans le type grosse personnalité et accroche, je lui préfère de loin le dernier Afterbirth Sourire
Solarian citer
Solarian
26/04/2020 20:34
coreandcoupdate a écrit : Je ne comprends vraiment pas tout ce cirque autour de cet album... Je l'ai vu dans tellement de Top 2020 que j'ai fini par m'y mettre. Et j'ai eu beau m'infliger une bonne vingtaine d'écoutes je n'arrive toujours pas à aimer. On dirait du Morbid Angel particulièrement rebrousse-poil étouffé dans des brumes cosmiques anesthésiantes. Sans parler des langueurs jazzy et des lourdeurs doomy... Alors ok, même si je ne suis pas fan de ce genre de Death qui fait crisser le metal sur les tableaux noirs et se plait à retourner les ongles des auditeurs, je conçois que ça puisse brancher des gens. Putain mais qu'autant de monde en fasse leur album Death 2020 ? Ca me dépasse...

Bah la hype des fois faut pas chercher à comprendre.
De mon côté par exemple, c'est tout le tapage autour d'un groupe comme Mgla qui me dépasse ^^
Par contre en ce qui concerne Blood Incantation, sans aller non plus jusqu'à me rouler par terre, j'avoue quand même avoir pris une petite mandale avec Starspawn, et celui-là est tout aussi bon malgré certains passages plus pépères.
Globalement, l'espèce de mix entre le trip techno-torturé façon Demilich et ce côté profond voire rampant remémorant des noms comme Immolation ou Morbid Angel, ben ça fonctionne quand même foutrement bien.

Par les temps qui courent, un groupe estampillé DM doté d'une vraie personnalité, balançant une musique singulière, brutale et créative, ambiancée et catchy, technique sans pour autant verser dans le concours de zobes réglementaire ou la pédanterie stérile, le tout accompagné d'un concept original, ça serait quand même dommage de passer à côté.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
26/04/2020 09:10
Je ne comprends vraiment pas tout ce cirque autour de cet album... Je l'ai vu dans tellement de Top 2020 que j'ai fini par m'y mettre. Et j'ai eu beau m'infliger une bonne vingtaine d'écoutes je n'arrive toujours pas à aimer. On dirait du Morbid Angel particulièrement rebrousse-poil étouffé dans des brumes cosmiques anesthésiantes. Sans parler des langueurs jazzy et des lourdeurs doomy... Alors ok, même si je ne suis pas fan de ce genre de Death qui fait crisser le metal sur les tableaux noirs et se plait à retourner les ongles des auditeurs, je conçois que ça puisse brancher des gens. Putain mais qu'autant de monde en fasse leur album Death 2020 ? Ca me dépasse...
Sim citer
Sim
25/11/2019 11:54
note: 8/10
Toujours aussi sympa. C'est varié avec prod parfaite et une ambiance prenante mais il me marque moins que la démo et le premier album. Il n'y a plus le charme de la découverte déjà.
Comme dit dans la chronique, ce qui est bien c'est qu'à travers pas mal d'influences et de références directes, ils ont leur style bien à eux et s'éloignent du simple exercice de style. Je trouve juste l'influence d'Immolation encore plus prenante sur celui-ci (forcément une bonne chose).
Astraldeath citer
Astraldeath
24/11/2019 18:53
note: 7.5/10
Franchement, j'ai un peu de mal. J'aime bien ce disque en général mais je n'arrive vraiment pas à entrer dans cette atmosphère particulière... Je la trouve pas assez marquante à mon goût. Mais il faut reconnaître que ce groupe sait comment se distinguer, ça fait du bien à voir.

Et cette pochette, elle me fait vraiment tripper.
Nikolaaa citer
Nikolaaa
24/11/2019 17:47
C’est clair, ça défonce, j’aime leur dynamique. Et puis le passage à 11mn42 sur la dernière piste avec un nom à rallonge....ok ça fait très Morbid Angel mais put1 ça déglingue!
Sulphur citer
Sulphur
22/11/2019 14:45
note: 9/10
8,5 pour l'instant, après quelques écoutes complètes. Franchement, ça groove, ça plane, ça cartonne, ça défonce.
fufupue citer
fufupue
20/11/2019 11:22
Ils seront à l'affiche du prochain (et dernier) Métal Méan, un bon moment en perspective!
AxGxB citer
AxGxB
20/11/2019 10:59
note: 9/10
Sim a écrit : AxGxB a écrit : Sim a écrit : Alala j'ai hâte et vous ne m'aidez pas à patienter... Belle chronique passionnée en tous cas !

Tu as réussi à ne pas t'enfiler les deux extraits ? Si c'est le cas, bravo Sourire


Ah si si mais j'ai hâte de me plonger dans l'album dans son intégralité !


Ah, je me disais que tu avais une volonté de fer Mr Green
Sim citer
Sim
20/11/2019 10:44
note: 8/10
AxGxB a écrit : Sim a écrit : Alala j'ai hâte et vous ne m'aidez pas à patienter... Belle chronique passionnée en tous cas !

Tu as réussi à ne pas t'enfiler les deux extraits ? Si c'est le cas, bravo Sourire


Ah si si mais j'ai hâte de me plonger dans l'album dans son intégralité !
AxGxB citer
AxGxB
20/11/2019 10:15
note: 9/10
Sim a écrit : Alala j'ai hâte et vous ne m'aidez pas à patienter... Belle chronique passionnée en tous cas !

Tu as réussi à ne pas t'enfiler les deux extraits ? Si c'est le cas, bravo Sourire
Sim citer
Sim
20/11/2019 10:05
note: 8/10
Alala j'ai hâte et vous ne m'aidez pas à patienter... Belle chronique passionnée en tous cas !
Keyser citer
Keyser
18/11/2019 13:13
note: 6.5/10
À boire et à manger en ce qui me concerne. Des passages qui me parlent bien (les plus brutaux très souvent) et d'autres qui m'emmerdent. Cela dit bravo à eux d'arriver à s'extirper de la masse.
Sagamore citer
Sagamore
18/11/2019 12:23
note: 9/10
Terriblement conquis par ce genre de Death hautement inspiré et évocateur. "Inner Paths (To Outer Space)" a tourné en boucle pendant un sacré moment tant il est bien construit.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blood Incantation
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (10)  8.35/10
Webzines : (10)  8.4/10

plus d'infos sur
Blood Incantation
Blood Incantation
Death Metal - 2011 - Etats-Unis
  

vidéos
Slave Species Of The Gods
Slave Species Of The Gods
Blood Incantation

Extrait de "Hidden History Of The Human Race"
  
Inner Paths (To Outer Space)
Inner Paths (To Outer Space)
Blood Incantation

Extrait de "Hidden History Of The Human Race"
  

tracklist
01.   Slave Species Of The Gods  (05:31)
02.   The Giza Power Plant  (07:06)
03.   Inner Paths (To Outer Space)  (05:38)
04.   Awakening From The Dream Of Existence To The Multidimensional Nature Of Our Reality (Mirror Of The Soul)  (18:05)

Durée : 36:20

line up
parution
22 Novembre 2019

voir aussi
Blood Incantation
Blood Incantation
Interdimensional Extinction (EP)

2015 - Dark Descent Records
  
Blood Incantation / Spectral Voice
Blood Incantation / Spectral Voice
Blood Incantation / Spectral Voice (Split 7")

2015 - Bleak Recordings
  
Blood Incantation
Blood Incantation
Starspawn

2016 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Cardiac Arrest
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Despair

2018 - Memento Mori
  
Atheist
Atheist
Piece Of Time

1989 - Active Records
  
Blood Red Throne
Blood Red Throne
Blood Red Throne

2013 - Sevared Records
  
Entombed
Entombed
Left Hand Path

1990 - Earache Records
  
Rude
Rude
Remnants

2017 - F.D.A.
  

Album de l'année
Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique