chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
151 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Rings Of Saturn - Gidim

Chronique

Rings Of Saturn Gidim
Si on devait retenir un nom parmi les groupes les plus frimeurs possibles, Rings of Saturn n'aurait rien à envier à un Dragonforce ! Après un Lugal Ki En qui était leur manifeste de l'aliencore, les californiens se sont placés dans la tradition de ces jeunes formations qui, à défaut d'avoir un son vraiment novateur, vont tricher en inventant un genre, placer ça sous le signe de l'humour, mais derrière avoir une posture de rockstar en mode rois du monde qui affirmeront : « Mais si t'aimes pas notre musique, c'est qu'on fait de la musique d'aliens, tes oreilles sont pas faites pour entendre ça. T'es juste pas de notre univers. »
Avec une telle posture prétentieuse, que pouvaient donner ces jeunots originaires de la Bay Area, zone géographique cultissime de la culture Thrash des années 80 ? Un Ultu Ulla certes moins over the top dans sa démarche, mais dévoilant un Deathcore qui semblait ouvrir la voie vers une musique plus écoutable, plus maîtrisée. Alors l'espoir était permis : étaient-ils devenus enfin adultes ? Allaient-ils mettre de côté leur prétention sans borne et enfin parvenir à rendre une copie intelligible et, surtout, qui tienne la route ?

C'est que les singles parus avant la sortie de l'album, à savoir « The Husk » et « Mental Prolapse », laissaient présager le meilleur pour eux. Le premier avait un côté maîtrisé et réfléchi dans les intentions : rapide et bourrin, jusqu'à des moments envolés et éthérés avec une lead qui fonctionne super bien, et des breaks qui parviennent à créer du relief dans tout ça. Moi je disais banco ! D'autant que « Mental Prolapse » semblait confirmer cette tendance à plus de travail et de rigueur, puisque, là, nous avons un souffle grandiloquent et sensible qui parviendrait à faire croire que Rings of Saturn avait gagné en maturité et en pertinence, créant une musique cosmique d'aliens parfois en proie à la nostalgie et au doute face au vide.
Mais voilà, hormis cette guitare lead qui tend parfois à créer des espaces de respiration, le reste est au mieux une bouillie hermétique pour tes oreilles de non-alien, au pire un concentré de ce qui s'est fait pire dans le genre.

Cette bouillie, c'est notamment ce qui noie des intentions louables. Si « Hypodermis Glitch » diffuse un départ Tech Death, très vite ça part en vrille. Le coup du break avec un appel type bass drop, ça ne marche pas. On approche de 2020, arrêtez avec votre Deathcore des années 2010. Il est où l'aliencore qui voit le futur ? Rien du tout, ils restent sur des plans établis. En revanche, à 2:57, là ça faisait l'effet ce break ! Parce que l'enjeu est créé, ça monte puis, vlan, dans la tronche. Et derrière ça conduit à un plan convenu, mais qui fait le taff car il est « réfléchi », « pesé ». Bref, le sens de la mesure, rendre les intentions plus claires et posées, ça permet aussi d'être sûr de son effet. Y aller au pif sans conscientiser, ça amène juste à frapper à tout va. Frapper fort et frapper juste, c'est ça qu'il faut !
Ce qu'un titre comme « Pustules » aurait pu prétendre faire, car la basse fait des pieds et des mains pour donner un côté vraiment groove et appuyé, et le reste des grattes fait montre d'une certaine qualité à enchaîner les plans avec justesse et fluidité. Dommage que la batterie sonne tant en retrait et semble totalement à l'ouest en terme de son.

Mais vous me voyez sans doute venir, avec ce qui, pour moi, constitue le point critique tellement absolu dans ce skeud que ça en devient un trou noir qui aspire tout sentiment positif que je pourrais ressentir pour Gidim : elle est où la modernité, l'avant-garde alien ?
Parce que le break à 1:42 dans « Pustules », c'est-à-dire quasiment aux premiers instants de l'album, ça t'annonce la couleur : le beat down fonctionne mal, problème de production je suppose, car ça n'apporte aucune lourdeur. Je trouve les riffs sous accordés terriblement mous, et témoignent d'une époque révolue du lourd à base de breakdown low tempo. Mais là, tu vois, c'est le début, et premièrement je me suis dit que, peut-être, il fallait un putain d'appel de basse... Mais même au casque je trouvais que ça fait pétard mouillé, sans parler de cette batterie qui tape sur une cymbale qui crachote... Bref, j'ai jamais été fan de break beat down dans le Deathcore technique, et ça ne loupe pas ici : pour moi ça botte en touche.
Mais ça, encore, c'est gentil. Certes, il faut aimer le Deathcore un peu djent, car quand tu lances « Bloated and Stiff », tu te dis que c'est un titre qui peut le faire, si on ouvre ses chakras... Sauf le break après trente secondes... Mais si ce n'était que ça ? Derrière arrive ce sempiternel effet « appel d'air » à 1:13. En fait, cet effet, c'est les sirènes de Silent Hill : quand tu l'entends, tu dois fuir, très vite, parce que tu sais qu'après vient ce beat down bien ringard avec un riff drop Q qui ne surprend plus personne (même Rob Scalion avait parodié ça, le coup de « louder is better »... EN 2014 ! C'est te dire à quel point c'est risible aujourd'hui) et ces vocals qui veulent faire gros bras façon crabcore.

Seulement, ces gimmicks pourrissants et passés, tu les retrouves partout, et ça devient de pire en pire à mesure que tu écoutes Gidim. « Divine Authority » ? La purge typique de Lugal Ki En, des plans enchaînés sans autre volonté que d'en foutre partout, les guitares sont insupportablement criardes, et s'accompagnent de plans djenty breakdown difficilement digérables.
« Tormented Consciousness » ? Pourquoi se tirer une balle dans le pied après 45 secondes ? Surtout que là, les effets sur les instruments, en particulier la guitare lead, c'est risible à mort. On en arrive à un point où ça devient n'importe quoi. En fait, écouter un tel morceau me rend violent, je me dis que c'est à destination de personnes qui se droguent H24, qui percutent rien, qui sont là en mode « wouah j'entends les couleurs »... C'est épidermique comme je déteste ce genre de morceaux m'as-tu vu et mal conçus, où la seule idée semble être « mets-en toujours plus pour impressionner avec des effets sous testostérones ».
Mais c'est pas fini ! Parce que « Genetic Inheritance » te refait le coup de l'appel d'air, cette fois vers un vieux piano ridicule genre « oh la la le breakdown inattendu lors de la branlée, genre comme dans les films d'horreur où on prend un élément doux dans un contexte hyper gore ». On dirait que ça a été conçu par des gosses qui reprennent des gimmicks qui les ont fait délirer lors de leurs bad trips, et qui les foutent là parce que c'est trop stylé. Et de me dire que tout ça est pumpé en studio, et que souvent leurs prestations lives s'accompagnent de pistes additionnelles, je ne peux même pas affirmer si techniquement c'est au point.

Tout manque d'élégance et de construction : le passable côtoie le lamentable.De manière générale, suite à un passage lourd pour le lourd, la partie instrumentale peut passer, car la guitare lead est clairement capable d'apporter quelque chose d'atypique, et parce que le côté épileptique se fait parfois sur des structures carrées. Mais après ça s'écroule quand arrive l'appel d'air, le chant, puis le beat down.
Ce Gidim est à mon sens un échec fumant. L'aspect moderne de l'aliencore s'empêtre dans des habitudes de compositions qui ont été usées jusqu'à la corde et déjà moquées il y a des années. Je vois de la complaisance, de l'arrogance de maîtres auto-proclamés, et un disque tenu comme porte-étendard du « c'est rapide et foufou, c'est forcément bon ». En ce qui me concerne, cette musique me met tellement les nerfs en pelote qu'elle me fait penser : « Tu sais quoi : aimez cet album si vous voulez, mais ne soyez pas surpris si on vous dit que c'est de la merde. »
En étant moins à cran, objectivement, Gidim est un mauvais disque, conçu avec la frime et le m'as-tu vu caractéristiques de Rings of Saturn à leurs débuts. Aucun progrès notable voire, pire, une régression vers le fond du panier du Deathcore du début des années 2010. De mon côté, c'est un abandon.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
01/11/2019 17:05
Ouch tu t'es lâché grave, mais en même temps ce coup de gueule est tellement mérité qu'il en est jouissif à lire ! Je dis bravo ! Mr Green
andreas_hansen citer
andreas_hansen
01/11/2019 14:56
MoM a écrit : Quand je dis "objectivement", c'est que je me base sur des critères qui ne dépendent pas de mon affect, et que j'ai mis en avant dans le texte :
- on est sur le 4ème disque du groupe, on attend un minimum de maturité
- on est sur le disque après Ultu Ulla qui était plus dans les standards du genre, on pouvait espérer un nouveau boost dans leur progression
- on est sur un disque qui utilise des poncifs du genre et ne fait rien pour les utiliser avec pertinence ou pour les bousculer
- on est sur un groupe qui se place en "meilleurs du monde" avec pour idée d'être originaux et uniques

Donc, oui, quand une musique use de clichés qui vont à l'encontre de leur posture artistique, à savoir "on fait une musique d'aliens avec nos propres codes" alors qu'en réalité il use jusqu'au point de rupture des codes purement "terrestres" et humains, ben c'est objectivement raté. L'intention est de faire de l'aliencore, avec une musique qui a son propre langage (c'est de là que se joue leur prétendue spécificité), mais en réalité ils ne font qu'user de stéréotypes avec un langage pire que lambda.


J'aurais plus tendance à employer le terme "foutage de gueule". Parce que la moitié de ce tu évoques retombes en fait purement dans le subjectif:

"on" est en droit d'attendre. Ben qui décide de quand un groupe doit changer?
Qui espère un changement? Ça veut dire que le groupe doit être comme on le souhaite? Ça relève de l'affect, tout ça. Clin d'oeil La pire hérésie musicale sera parfaitement logique dans l'oreille de certains, qui verront une approche différente des codes du deathcore, qui leur plaira en plus.

Après, c'est sûr que quand le groupe parle de choses dont il ignore tout (la musique d'alien), ça ne peut évidemment qu'échouer. Mais bon. Ce groupe se fout de notre gueule depuis le début, c'est un troll qui a trop pris.
MoM citer
MoM
01/11/2019 14:50
Quand je dis "objectivement", c'est que je me base sur des critères qui ne dépendent pas de mon affect, et que j'ai mis en avant dans le texte :
- on est sur le 4ème disque du groupe, on attend un minimum de maturité
- on est sur le disque après Ultu Ulla qui était plus dans les standards du genre, on pouvait espérer un nouveau boost dans leur progression
- on est sur un disque qui utilise des poncifs du genre et ne fait rien pour les utiliser avec pertinence ou pour les bousculer
- on est sur un groupe qui se place en "meilleurs du monde" avec pour idée d'être originaux et uniques

Donc, oui, quand une musique use de clichés qui vont à l'encontre de leur posture artistique, à savoir "on fait une musique d'aliens avec nos propres codes" alors qu'en réalité il use jusqu'au point de rupture des codes purement "terrestres" et humains, ben c'est objectivement raté. L'intention est de faire de l'aliencore, avec une musique qui a son propre langage (c'est de là que se joue leur prétendue spécificité), mais en réalité ils ne font qu'user de stéréotypes avec un langage pire que lambda.
andreas_hansen citer
andreas_hansen
01/11/2019 14:43
Ça me fait toujours tiquer de lire "objectivement" quand on parle de musique, même pour ce disque. Mais bon, c'est ta marque de fabrique.

J'ai interrompu mon travail pour venir lire ta chronique parce que je savais que tu allais rendre à cet album la monnaie de sa pièce. J'ai pas été déçu, ahah, c'est beau. Cette bouse est inaudible. Et pourtant, j'avais été plutôt surpris par Ultu Ulla.
MoM citer
MoM
01/11/2019 14:17
Tu m'as fait rire X'D

Ben haine, pas tout à fait. Déception amère, oui. Parce que j'ai suivi l'actu de près, que les singles auguraient du très bon. Mais là, non seulement c'est mauvais, mais en plus ça se moque du public en offrant un ramassis de clichés.
Ce qui aurait été un mauvais album passe direct dans le ratage complet.

Franchement dommage.
X-Death citer
X-Death
01/11/2019 13:52
Cette chronique de la haine !

Pour la fête des morts MoM a enterré Ring of Saturn. Magnifique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rings Of Saturn
Technical Deathcore
2019 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 2.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Rings Of Saturn
Rings Of Saturn
Technical Deathcore - 2009 - Etats-Unis
  

vidéos
Mental Prolapse
Mental Prolapse
Rings Of Saturn

Extrait de "Gidim"
  

tracklist
01.   Pustules  (04:29)
02.   Divine Authority  (03:32)
03.   Hypodermis Glitch  (04:27)
04.   Bloated and Stiff  (04:36)
05.   Tormented Consciousness  (05:02)
06.   The Husk  (04:56)
07.   Mental Prolapse  (04:33)
08.   Genetic Inheritance  (03:56)
09.   Face of the Wormhole  (03:41)
10.   Gidim  (05:22)

Durée : 44:34

line up
voir aussi
Rings Of Saturn
Rings Of Saturn
Lugal Ki En

2014 - Unique Leader Records
  
Rings Of Saturn
Rings Of Saturn
Ultu Ulla

2017 - Nuclear Blast Records
  

Essayez plutôt
Irreversible Mechanism
Irreversible Mechanism
Immersion

2018 - Blood Music
  
The Odious
The Odious
Vesica Piscis

2019 - Indépendant
  

Vastum
Orificial Purge
Lire la chronique
Verdun
Astral Sabbath
Lire la chronique
Unfathomable Ruination
Enraged & Unbound
Lire la chronique
Witch Mountain
Witch Mountain
Lire la chronique
Die Kunst Der Finsternis
Revenant in a Phantom World...
Lire la chronique
Opeth + The Vintage Caravan
Lire le live report
Negator
Vnitas Pvritas Existentia
Lire la chronique
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique