chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
163 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abhomine - Proselyte Parasite Plague

Chronique

Abhomine Proselyte Parasite Plague
Quatre années se sont déjà écoulées depuis la sortie de Larvae Offal Swine, premier album d’Abhomine que l’on se gardera bien de survendre mais qui, tout de même, n’avait pas manqué de faire son petit effet. Il était donc grand temps pour monsieur Pete Helmkamp de revenir à la charge d’autant qu’on était sans nouvelle de lui depuis les tournées d’Angelcorpse et Kerasphorus tenues entre 2016 et 2017. Pour mener à bien ce retour, l’Américain a choisi d’embaucher un batteur à temps plein après avoir usé d’un mercenaire pour l’enregistrement de son prédécesseur. L’heureux élu n’est pas né de la dernière pluie puisqu’il s’agit de Cameron Sproul Grant III aka The Black Lourde Of Crucifixion (Masada, Crucifier et surtout ex-grand pilier des sulfureux Grand Belial's Key).

Si Abhomine fonctionne désormais sur la base d’un duo, le reste n’a pas vraiment changé puisque de cet artwork chargé signé des mains de Joe Craig jusqu’au soutien indéfectible des labels Hell’s Headbangers et Osmose Productions, on retrouve peu ou prou les mêmes protagonistes que pour Larvae Offal Swine. Il n’y a finalement que la production qui a été vraisemblablement confiée à un inconnu (Mark Vizza) pour un résultat, disons-le, pas forcément très heureux.

En effet, c’est l’un des premiers soucis de ce Proselyte Parasite Plague, une production un poil trop déséquilibrée et rachitique (et pourtant Dieu sait que j’en bouffe des albums à la production volontairement bancale) qui malheureusement dans ce cas de figure ne va pas nécessairement servir le propos du groupe comme il le devrait. Prenons la voix de Pete Helmkamp qui a toujours été l’un des principaux atouts des groupes dans lesquels il s’est retrouvé derrière le micro. Et bien ce deuxième album aurait sûrement gagné en efficacité et en impact si celle-ci (ou plutôt celles-ci puisque derrière ses fûts l’ex-GBK pousse également la beuglante) avait été moins en avant dans le mix final. Le problème, même s’il va sans dire que j’adore ce chant abrasif et toujours aussi haineux, c’est qu’il va venir bouffer des riffs de guitare déjà bien maigrelets, obligeant ainsi l’auditeur malmené à devoir tendre davantage l’oreille pour tenter de comprendre exactement de quoi il retourne. Le souci est d’ailleurs le même pour la batterie de Cameron Sproul Grant III dont le jeu manque quand même pas mal de puissance et de dynamisme malgré un allant old school plutôt entraînant.
Et si ces riffs n’ont jamais véritablement brillé par leur originalité, ils souffrent malheureusement ici d’un côté parfois un peu trop quelconque rendant ainsi chaque écoute pas foncièrement désagréable mais pas non plus toujours très passionnante (les plans mid-tempo de "Heresy Pulpit", certains riffs de "Infidel And Unclean", "Blacklist", "Saracen" ou "Progeny Devoid"). Helmkamp semble donc pas mal en pilotage automatique, sauvant les meubles grâce à certains changements de rythmes tout de même bien sentis ainsi que quelques riffs plus inspirés et dont l’aura toujours aussi nauséabonde continue de faire son petit effet.
Enfin, histoire d’en terminer avec les griefs à l’encontre de ce deuxième album, qu’est-ce que c’est que cette durée absolument abusée ? Quatre ans d’absence et voilà que le père Helmkamp revient la bouche en coeur avec seulement six nouvelles compositions plutôt décevantes pour une durée totale de vingt-trois minutes qui frise le ridicule... Heureusement que la rondelle s'échange à moins de dix euros car si vous attendiez Abhomine de pied ferme, vous n’aurez là pas grand chose à vous mettre sous la dent.

Toujours moins brutal et sonique que n’importe quel album d’Angelcorpse ou de Kerasphorus, on saura malgré tout apprécier ce côté dépouillé et old school ainsi que des compositions qui en dépit de leurs handicaps avérés réussissent malgré tout à conserver la tête hors de l’eau grâce à certains riffs encore relativement efficaces, à une batterie à l’énergie Punk évidente même si elle est ici quelque peu muselée par une production peu inspirée, un manque de subtilité assez jouissif et bien évidemment par ce que dégage encore aujourd’hui la voix écorchée de Pete Helmkamp. D’ailleurs pour être tout à fait honnête avec vous, j’étais quand même parti pour rédiger une chronique assez incendiaire alors qu’à la réécoute, Proselyte Parasite Plague se révèle finalement pas aussi mauvais que je le pensais, juste beaucoup trop quelconque pour espérer tenir la comparaison avec son prédécesseur et surtout avec le reste d’une discographie quasi-exemplaire. On s'en retournera donc sans sourciller aux premiers Angelcorpse, à Kerasphorus et pourquoi pas Order From Chaos.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
25/06/2022 22:26
Je peux comprendre vos avis concernant le dernier, ça m'intéresserais tout de même de la lire et de réagir si chronique il y'a hehe.
AxGxB citer
AxGxB
23/06/2022 18:39
note: 6/10
Deathrash a écrit : Deux ans après mon commentaire si dessous, mon avis a bien changé concernant Abhomine. En particulier cet album.

Je pense que ce qui m'avait déçu à l'époque, c'était l'aspect plus raw et moins foncièrement violent par rapport à Larvae qui avait une approche plus classique, un genre d'Angelcorpse Blackisé, sans les riffs de Palubicki.

Sur Proselyte, Helmkamp va vers quelque chose de plus raw, secondé brillamment par le growl dégoulinant et bestial de Black Lourde. Et surtout je ressens une vraie haine qui se dégage de tout ça, un sentiment qui a tendance à un peu disparaitre dans le Black depuis quelques années.

J'espère que tu chroniquera le petit dernier, et le dernier tout court, qui va encore plus loin dans la régression.


Toujours pas changé d'avis en ce qui concerne celui-ci que je ne trouve pas terrible mais qu'il faudrait que je réécoute car ça fait un bail... Par contre le dernier c'est pas possible, je trouve ça presque honteux pour un gars comme Helmkamp de sortir un truc pareil haha. Du coup, si chronique il y a, elle ne sera probablement pas fameuse...
Keyser citer
Keyser
23/06/2022 16:10
note: 7.5/10
Deathrash a écrit : Deux ans après mon commentaire si dessous, mon avis a bien changé concernant Abhomine. En particulier cet album.

Je pense que ce qui m'avait déçu à l'époque, c'était l'aspect plus raw et moins foncièrement violent par rapport à Larvae qui avait une approche plus classique, un genre d'Angelcorpse Blackisé, sans les riffs de Palubicki.

Sur Proselyte, Helmkamp va vers quelque chose de plus raw, secondé brillamment par le growl dégoulinant et bestial de Black Lourde. Et surtout je ressens une vraie haine qui se dégage de tout ça, un sentiment qui a tendance à un peu disparaitre dans le Black depuis quelques années.

J'espère que tu chroniquera le petit dernier, et le dernier tout court, qui va encore plus loin dans la régression.


J'aime beaucoup celui-là notamment pour les raisons que tu cites par contre le dernier je trouve qu'il va trop loin dans la régression, ça devient limite du je-m'en-foutisme avec des riffs bateaux et le chant beaucoup trop en avant.
Deathrash citer
Deathrash
23/06/2022 12:46
Deux ans après mon commentaire si dessous, mon avis a bien changé concernant Abhomine. En particulier cet album.

Je pense que ce qui m'avait déçu à l'époque, c'était l'aspect plus raw et moins foncièrement violent par rapport à Larvae qui avait une approche plus classique, un genre d'Angelcorpse Blackisé, sans les riffs de Palubicki.

Sur Proselyte, Helmkamp va vers quelque chose de plus raw, secondé brillamment par le growl dégoulinant et bestial de Black Lourde.
Et surtout je ressens une vraie haine qui se dégage de tout ça, un sentiment qui a tendance à un peu disparaitre dans le Black depuis quelques années.

J'espère que tu chroniquera le petit dernier, et le dernier tout court, qui va encore plus loin dans la régression.
Deathrash citer
Deathrash
30/04/2020 11:19
Y'a quand même du foutage de gueule dans cet album, déjà la durée. Puis c'est moins que le minimum syndical niveau contenu, j'ai l'impression que Helmkamp a composé ça vite fais.
Super déçu.
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
29/04/2020 17:02
Bé moi en ce qui me concerne, j'ai toujours surkiffé Angelcorpse.
Par contre, autant je suis de très près le boulot du père Palubicki dans ses différents projets, autant j'ai beaucoup du mal à accrocher à ce que fait Helmkamp de son coté.
Le gars a beaucoup de talent, je n'en disconviens pas, mais dur pour ma part d'accrocher à ses travaux récents.
Keyser citer
Keyser
29/04/2020 07:47
note: 7.5/10
Album beaucoup critiqué mais que j'ai bien aimé. Raw, punk, old-school et expéditif, c'est pas la sortie de l'année mais je lui trouve un charme certain.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abhomine
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (3)  7.67/10

plus d'infos sur
Abhomine
Abhomine
Death Metal - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Heresy Pulpit  (04:32)
02.   Infidel And Unclean  (04:02)
03.   Gogamgoz  (03:00)
04.   Blacklist  (05:05)
05.   Saracen  (03:27)
06.   Progeny Devoid  (03:28)

Durée : 23:34

line up
parution
28 Février 2020

voir aussi
Abhomine
Abhomine
Larvae Offal Swine

2016 - Osmose Productions / Hells Headbangers Records
  

Essayez plutôt
Lie In Ruins
Lie In Ruins
Towards Divine Death

2014 - Dark Descent Records
  
Astriferous
Astriferous
Raise High The Scepter Of Indulgence (Démo)

2019 - Autoproduction
  
Dismember
Dismember
Like An Ever Flowing Stream

1991 - Nuclear Blast Records
  
Grave Miasma
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities

2021 - Dark Descent Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Those Once Loyal

2005 - Metal Blade Records
  

Exocrine
The Hybrid Suns
Lire la chronique
Cailleach Calling
Dreams of Fragmentation
Lire la chronique
Vektor
Black Future
Lire la chronique
Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique