chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Biohazard - State Of The World Address

Chronique

Biohazard State Of The World Address
Parmi les disques de Hardcore que j’ai le plus écoutés dans ma vie, State Of The World Address figure sans aucun doute dans le peloton de tête en compagnie des premiers albums de Madball, Merauder, Kickback, All Out War, Hatebreed et à peu près tous ceux du H-8000 Crew. Acheté en cassette à l’époque de sa sortie, je me revois encore enchaîner les écoutes comme si j’avais mis le doigt sur quelque chose d’absolument unique. Autant vous dire que la fonction auto-reverse de mon Walkman Sony m’aura été particulièrement vitale, m’évitant ainsi bien du temps perdu en changements de face inutiles...

Enregistré en 1993 à Los Angeles sous la houlette du producteur Ed Stasium (The Ramones, Talking Heads, Living Colour, Motörhead, The Misfits...), ce troisième album voit le jour en mai 1994 non pas sur Roadrunner Records mais sur Warner Bros qui après le succès international de l’excellent Urban Discipline a vite compris qu’il y avait effectivement du potentiel chez les New-Yorkais et surtout quelques dollars à se faire dans l’affaire. Un coup de maitre pour cette major puisque State Of The World Address est encore à ce jour l’album le plus iconique de Biohazard et celui qui en effet a rencontré le plus de succès, dépassant la barre du million d’albums écoulés.

L’une des premières raisons à ce statut d’album culte est certainement à chercher du côté de cet artwork sur lequel on y voit là encore (et oui, souvenez-vous de son prédécesseur) un enfant dont l’innocence et l’insouciance ont une fois de plus été balayées d’un revers de main par un élément complètement hors de propos, ici ce fameux masque à gaz qui suggère en effet que la situation est un petit peu plus tendue que la gestuelle joueuse de l’enfant ne le laisse paraître. Un cliché qui traduit l’état d’esprit des quatre Américains toujours très attachés à dépeindre avec leurs mots la misère sociale et la dure vie de quartier qui touche non pas seulement certains coins de Brooklyn mais comme le suggère le titre de ce troisième album le monde dans son entièreté. Bref, ce n’est toujours pas la franche rigolade…
Malgré le caractère iconique de cet artwork, la véritable raison de ce succès ce sont bien évidemment ces quatorze nouvelles compositions qui mises bout à bout avoisinent là encore les soixante minutes (tout comme Urban Discipline). Une durée particulièrement conséquente pour un album estampillé New-York Hardcore mais qui pourtant n’a jamais été un handicap tant ce troisième long format fait preuve d’une grande et belle homogénéité. En effet, même si je lui ai toujours préféré sa première moitié (grosso modo jusqu’à "Five Blocks To The Subway") pour tout un tas de raisons tout à fait subjectives (à commencer par le fait que tous les clips diffusés à l’époque sur Best Of Trash sont issus de celle-ci), il faut bien se rendre à l’évidence qu’il n’y a absolument rien à jeter tout au long de cette petite heure. Une chose encore relativement rare aujourd’hui et qui mérite donc d’être soulignée... Aussi, passé ces quelques incontournables que sont rapidement devenus "Down For Life" (si comme moi vous avez poncé la vidéo Hoax 2, vous savez alors de quoi je parle), "What Makes Us Tick", "Tales From The Hard Side", "How It Is" (raaaaaah, ce clip, featuring Sean Dog de Cypress Hill, le mini kit de Danny Schuler calé entre deux planches espacées de 70cm, Billy Graziadei qui pète un plomb et arrache tout autour de lui, les "spin moves" de Bobby Hambel, les attitudes de bad boy face caméra... Bref, je ne m’en lasse toujours pas!) ou "Five Blocks To The Subway", State Of The World Address réussi le coup d’éclat de ne jamais faiblir, enchaînant en guise de seconde partie des titres peut-être moins plébiscités mais pour autant tout aussi imparables. Comment ne pas succomber aux charmes de morceaux tels que "Each Day" et les leads impeccables de Bobby Hambel, "Failed Territory" et sa longue introduction acoustique, "Lack There Of" et son sample issu de l’excellent Reservoir Dog, "Pride" et ses élans Punk ultra efficaces, "Love Denied" et sa longue introduction mélodique menée au piano et à la guitare ? Non, franchement, tout confine ici à l’excellence, même ce trip Rap a capella dispensé en toute fin de parcours.

Restée inchangée, cette formule qui consiste à mélanger influences Thrash (le riffing sombre, les leads et solos...), Hardcore (l’attitude, le rythme, le groove, les choeurs bien viriles...) et Rap (ce phrasé bien particulier, ces thèmes abordés, les samples, ces ambiances particulièrement concrètes qui puent le béton...) atteint ici une maturité telle que vingt-sept ans plus tard (putain, déjà !), ces quelques titres n’ont tout simplement pas pris une seule ride… Surtout, on reste saisi par ces atmosphères urbaines particulièrement sombres et désespérées (de "State Of The World Address" à "Down For Life" en passant par "What Makes Us Tick", "Tales From The Hard Side", "How It Is", "Remember", "Lack There Of" ou "Human Animal" on ne peut pas dire que cela respire la joie de vivre) qui vont nourrir un côté très dur et finalement hyper fataliste au Metal / Hardcore des New-Yorkais. Si tous ces samples, qu’ils soient issues du cinéma ou du quotidien (ces sirènes de police, ces bruits typiques du métro new-yorkais, cette femme que l’on agresse, etc) participent bien évidemment à l’immersion de l’auditeur, il faut également compter sur l’excellent travail mélodique de Bobby Hambel dont la qualité des leads et autres solos est évidement à souligner ("State Of The World Address" à 0:42 et 1:32, "Down For Life" à 2:12, "Tales From The Hardside" à 4:32, l’entame hyper sombre de "How It Is", "Remember" à 1:51) tout comme évidemment la qualité globale de tous ces riffs aussi efficaces que redoutables imaginés par la paire Hambel/Graziadei (comme je le disais plus haut, il n’y a ici pour moi aucun déchet) ou bien encore ces quelques arrangements particulièrement bien sentis qui, là encore, participent grandement à la qualité de ce troisième album (le piano de "What Makes Us Tick", cette guitare acoustique sur "Failed Territory", ce piano encore sur "Love Denied").

Album charnière dans la carrière de Biohazard, State Of The World Address marque une étape importante dans l’histoire des New-Yorkais et signe également la fin d’une époque puisqu’il s’agit en effet du dernier album du groupe avec le guitariste Bobby Hambel avant que celui-ci ne réintègre les rangs de la formation dix-sept ans plus tard pour la sortie de Reborn In Defiance. C’est aussi malheureusement le début du déclin pour le groupe de Brooklyn qui après un Mata Leão pour le moins surprenant dans son approche ultra Punk (et finalement plutôt chouette passé l’effet de surprise) ne réussira plus jamais à susciter le même intérêt de la part des auditeurs pourtant jusque-là largement conquis par les précédents albums de la formation. En attendant, si beaucoup semblent lui préférer Urban Discipline, State Of The World Address reste pour moi le meilleur album de Biohazard que le groupe ait jamais composé. Entre ces quatorze compositions toutes plus efficaces et mémorables les unes que les autres, cette homogénéité de tous les instants, ces ambiances sombres et désespérées particulièrement saisissantes, ce groove viril et urbain, ce côté bad boy/ghetto assumé... Il y avait tout là-dedans pour séduire l’adolescent de quatorze ans que j’étais en quête de musique extrême et urbaine. Bref, l’un de ces disques un peu doudou qui quoi qu’il arrive ne me quittera sûrement jamais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
17/05/2021 10:05
note: 9.5/10
choochoo a écrit : Très belle chronique.
Un fondamental personnel.
Acheté aussi en K7 à l'époque et je me souviens encore de la face B, que je trouvais meilleure que la première, épique à l'instar du début de Failed Territory.

Un enchainement dénué de temps mort, des samples évocateurs et la parfaite transcription d'un environnement urbain fantasmé dans mon walkman. Parfait pour les transports publics.

La suite m'a profondément déçu, plus punk certes mais sans l'urgence.


Merci ! Et c'est vrai qu'à la réécoute récente de "Mata Leao", je suis moins emballé que dans mes souvenirs...
choochoo citer
choochoo
15/05/2021 13:35
note: 9.5/10
Très belle chronique.
Un fondamental personnel.
Acheté aussi en K7 à l'époque et je me souviens encore de la face B, que je trouvais meilleure que la première, épique à l'instar du début de Failed Territory.

Un enchainement dénué de temps mort, des samples évocateurs et la parfaite transcription d'un environnement urbain fantasmé dans mon walkman. Parfait pour les transports publics.

La suite m'a profondément déçu, plus punk certes mais sans l'urgence.
AxGxB citer
AxGxB
01/05/2021 23:29
note: 9.5/10
ERZEWYN a écrit : Et chouette chronique !

Merci ! Sourire
ERZEWYN citer
ERZEWYN
01/05/2021 19:06
Je n'écoute que très peu de Hardcore, mais là, corde sensible et album doudou aussi ! Il représente, avec The Downward Spiral de Nine Inch Nails et KFAD de Faith No More, mon année de terminale ! Que de souvenirs !
Et chouette chronique !
Keyser citer
Keyser
01/05/2021 16:16
note: 9/10
Putain d'album, mon préféré avec Urban Discipline, mais ça fait très longtemps que je ne l'ai pas écouté. Du coup, hop, on y retourne, ça rappellera des souvenirs !
Holmy citer
Holmy
01/05/2021 12:20
Un album majeur des 90's.

Acheté en même temps que le Far Beyond Driven de qui vous savez, ce disque ne m'a jamais quitté depuis.

SOTWA est un album épique qui fait voyager au milieu d'un New-York loin des images d'Épinal. Un NY crade, pauvre et violent. Les paroles sont à l'avenant, et la lecture des lyrics pendant l'écoute me paraît indispensable pour ce genre d'album.

Ce disque est en plus, parfaitement écrit, d'une rare intelligence, et d'on ne ressort pas totalement indemne, tant il touche du doigt des problèmes sociaux, encore d'actualité 25 ans après.

Un chef d'oeuvre, parfait compagnon de son prédécesseur Urban Discipline, qui vont, pour moi parfaitement ensemble.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Biohazard
Hardcore
1994 - Warner Bros.
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (3)  9.5/10
Webzines : (4)  8.4/10

plus d'infos sur
Biohazard
Biohazard
Hardcore - Etats-Unis
  

vidéos
Tales From The Hard Side
Tales From The Hard Side
Biohazard

Extrait de "State Of The World Address"
  
How It Is
How It Is
Biohazard

Extrait de "State Of The World Address"
  
Five Blocks To The Subway
Five Blocks To The Subway
Biohazard

Extrait de "State Of The World Address"
  

tracklist
01.   State Of The World Address  (03:18)
02.   Down For Life  (03:46)
03.   What Makes Us Tick  (02:23)
04.   Tales From The Hard Side  (05:40)
05.   How It Is  (04:02)
06.   Remember  (03:40)
07.   Five Blocks To The Subway  (03:13)
08.   Each Day  (03:52)
09.   Failed Territory  (05:40)
10.   Lack There Of  (04:47)
11.   Pride  (03:16)
12.   Human Animal  (04:53)
13.   Cornered  (03:11)
14.   Love Denied  (05:55)

Durée : 57:36

line up
parution
24 Mai 1994

voir aussi
Biohazard
Biohazard
Biohazard

1990 - Maze Records
  
Biohazard
Biohazard
Uncivilization

2001 - SPV
  
Biohazard
Biohazard
Reborn In Defiance

2012 - Nuclear Blast Records
  
Biohazard
Biohazard
Urban Discipline

1992 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Life Of Agony
Life Of Agony
Ugly

1995 - Roadrunner Records
  
All Out War
All Out War
Crawl Among The Filth

2019 - Unbeaten Records
  
Suburban Scum
Suburban Scum
Ultimate Annihilation

2016 - Flatspot Records
  
Trail of Lies
Trail of Lies
W.A.R

2018 - Edgewood Records
  
All Out War
All Out War
For Those Who Were Crucified

1998 - Victory Records
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique