chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
181 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Purification - Perfect Doctrine

Chronique

Purification Perfect Doctrine
Mais qu’il est plaisant de rencontrer un groupe comme Purification ! Si cela n’était pas aller contre leur goût pour le blasphème, je dirais que les Ricains sont bénis des dieux, tant ils sont parvenus à poser leur marque sur le doom en peu de temps. Projet formé en 2018, trois albums au compteur, dont deux parus rien qu’en 2020 et ce, avec une progression constante dans la qualité : on a rarement vu aussi grand coup d’éclat, en particulier dans un genre aussi codifié et avare en excellentes sorties que le doom metal (même si cela a tendance à changer, cette année 2021 étant particulièrement riche pour le style).

Paru quelque mois avant le quasi-parfait Dwell in the House of the Lord Forever, Perfect Doctrine montre en effet un groupe déjà sûr de lui et de sa musique. L’art est parfaitement respecté, avec la classe inhérente à ce projet où le meilleur de la jeunesse se met au service d’un doom tutélaire, si vieux qu’il paraît sans âge, des images de sorcellerie, d’affrontements médiévaux, d’occultisme pointant le bout de son nez narquois pour répondre aux inquisiteurs, étant ici contées avec une insolence et un charisme qui subjuguent une nouvelle fois, même sur un terrain moins directement émotionnel que son successeur et ses clins d’œil à Warning.

Non, ici, ça bataille dur, la voix de Marshall William Purify s’élançant régulièrement dans des harangues guerrières, enchanteresses – c’est que le bougre chante merveilleusement bien, avec l’intransigeance d’un Sami Hynninen, le feeling d’un Lee Dorian et même l’aura ténébreuse d’un Andrew Eldritch ! – mais prêtes à verser le sang ennemi (« On the Wings of Pestilence, Darkness Takes Flight »). Sa doctrine, Purification l’étale en long et large, prenant la table des lois de Reverend Bizarre pour en faire son propre lexique. Malgré la rudesse d’une production volontairement lo-fi, malgré l’austérité des riffs et effets, la bande de Portland se réapproprie les codes du genre avec une avidité et un talent bien à elle. Impossible de résister à ces guitares mélodiques, prenant au col dès « Opium Blade », ni à ce chant si enjôleur, grave et gorgé d’âme – « soulful ». Un sens de l’accroche qui fait la différence, apporte ce petit plus faisant de Perfect Doctrine un élève s’élevant au rang de maître, prenant à pleines mains une diversité d’ambiances, tantôt belliqueuses, enfiévrées, sataniques, groovy même lors du tube « Throw Away the Cross », l’ironie des paroles se chargeant de lier l’ensemble (autre révérence faite au Révérend).

Au point que l’on peut avoir la sensation de se perdre dans ce disque, généreux mais demandant un temps pour s’acclimater à ses atmosphères référencées. Purification choisit de ne pas choisir sur Perfect Doctrine, montrant la profondeur d’un traditionalisme plus varié qu’il peut le laisser croire (les relents psychédéliques parsemant le disque, cf. « All the Glittering Jewels (Part II) » ou encore le passage éthéré de « Dark Age Warlord Resurrected by Seditious Trickery »). On est alors épaté par cette richesse qu’une manière de composer mélodique et réfléchie permet de rendre digeste, en dépit d'une comparaison défavorable avec le plus fluide Dwell in the House of the Lord Forever, où les Ricains se montreront plus homogènes sans perdre en personnalité.

Je n’aurais pas aimé chroniquer Perfect Doctrine au moment de sa sortie. Époustouflant d’élégance et de maîtrise, il aurait pu devenir un coup de cœur de l’année précédente avant l’arrivée du magnifique Dwell in the House of the Lord Forever (les critiques plus que positives qu’il a entraîné à sa sortie ne disent pas autre chose). Toujours est-il que les quelques traces d’immaturité que l’on peut trouver ici ne se ressentent jamais comme une baisse en qualité sur ces quarante-deux minutes. Son écoute est donc fortement conseillée, ne serait-ce que pour le final sentimental et recueilli « The Theurgy / Lunar Hymn 999 », préparant la beauté sacrée qui suivra ce disque peu de temps après. Il me tarde de voir ce qui prolongera ce hold-up qu’a réussi Purification en 2020 mais une chose est déjà certaine : réaliser deux disques de doom aussi excellents en une période aussi courte n’est clairement pas donné à tout le monde !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
10/04/2024 13:33
omnio85 a écrit : Découverte tardive mais quelle découverte! Ce qui est arrivé de mieux dans le genre, sclérosé et noyé dans toute ces merdes "rétro", depuis un bail. sublime et une putain de personnalité.
"Opium Blade", quelle entame et quel tube!
Surement mon préféré avec le dernier Elphinstone sorti en 2023, auto-édité.
Malheureusement, autant je respecte l'attitude DIY et underground du groupe, autant celui-ci mérite une bien meilleure exposition. Sorti de Bandcamp et de cd édités à 50ex. le groupe n'a aucune visibilité. Triste...


Je confirme, j'ai commandé le CD et je ne l'ai jamais reçu...
omnio85 citer
omnio85
03/04/2024 22:16
note: 9/10
Découverte tardive mais quelle découverte! Ce qui est arrivé de mieux dans le genre, sclérosé et noyé dans toute ces merdes "rétro", depuis un bail. sublime et une putain de personnalité.
"Opium Blade", quelle entame et quel tube!
Surement mon préféré avec le dernier Elphinstone sorti en 2023, auto-édité.
Malheureusement, autant je respecte l'attitude DIY et underground du groupe, autant celui-ci mérite une bien meilleure exposition. Sorti de Bandcamp et de cd édités à 50ex. le groupe n'a aucune visibilité. Triste...
Vartruk citer
Vartruk
20/05/2021 17:27
note: 8/10
Je n'aurais pas aimé découvrir le groupe avec cet album, là ou "Dwell in the house..." semble touché par la grâce, avec une cohérence et une efficacité quasi sans faille, ce "Perfect Doctrine" est beaucoup plus labyrinthique et ne se laissera pas facilement apprivoiser... Certains arrangement ressemblent à des errements voire de l'impro, ce qui donne un côté austère, fantomatique, je suppose que c'est volontaire, mais le rendu est parfois un peu bizarre, ou "too much" comme on dit... Du coup je me retrouve complétement quand tu dis qu'on a l'impression de ce perdre par moment! (bon en même temps labyrinthique, fantomatique je crois que c'était assez clair...).

Un poil moins efficace que son successeur donc, néanmoins, une fois qu'on est entré dedans c'est terriblement envoutant, les quelques défauts n'entachent pas le plaisir d'écoute, surtout avec cette voix, décidément d'une classe et d'une facilité épatante!

Je ne sais pas quel âge ont ces bougres (je dirais autour de 25 vu les tronches) mais si on suit la théorie qui dit que les meilleurs albums sont pondus par des groupes avec une moyenne d'âge autour de 25 ans (ce qui se vérifie pour quasi tous les albums cultes du 20ème siècle!) faut absolument qu'ils continuent à sortir 1 ou 2 albums par an Moqueur
lkea citer
lkea
16/05/2021 09:34
note: 8/10
Et encore un grand merci à Caïn Marchenoir pour cette découverte ! Aller, il faut sortir la suite là ! Moqueur

edit : ah, je viens de voir qu'elle est prévue pour juin. Ces gens sont fous.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Purification
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Purification
Purification
Doom Metal - 2018 - Etats-Unis
  

vidéos
Opium Blade
Opium Blade
Purification

Extrait de "Perfect Doctrine"
  

tracklist
01.   Opium Blade  (04:58)
02.   On the Wings of Pestilence, Darkness Takes Flight  (05:26)
03.   All the Glittering Jewels (Part I)  (05:16)
04.   All the Glittering Jewels (Part II)  (04:49)
05.   Sabbatharian Blood Feud  (06:30)
06.   Throw Away the Cross  (03:30)
07.   Dark Age Warlord Resurrected by Seditious Trickery  (05:12)
08.   The Theurgy / Lunar Hymn 999  (06:41)

Durée : 42:22

parution
31 Juillet 2020

voir aussi
Purification
Purification
Dwell in the House of the Lord Forever

2020 - Autoproduction / Rafchild Records
  
Purification
Purification
The Exterminating Angel

2021 - Autoproduction / Rafchild Records
  
Purification / Cardinals Folly
Purification / Cardinals Folly
Possessed in the Ritual Grove (Split-CD)

2022 - Rafchild Records
  

Essayez aussi
Cathedral
Cathedral
The Last Spire

2013 - Rise Above Records
  
Cathedral
Cathedral
Caravan Beyond Redemption

1998 - Earache Records
  
Wretch
Wretch
Wretch

2016 - Bad Omen Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad

2009 - Cobra Records
  
Tar Pond
Tar Pond
Protocol of Constant Sadness

2020 - Autoproduction
  

Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique
Serement
Abhorrent Invocations
Lire la chronique
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Ossuary
Forsaken Offerings (EP)
Lire la chronique
Malleus
The Fires of Heaven
Lire la chronique
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique