chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Clutch - Earth Rocker

Chronique

Clutch Earth Rocker
Si les Américains ont pris la bonne habitude de flamber au Hellfest ces dernières années, discographiquement parlant, on avait déposé CLUTCH sur le bas côté d’un « Strange Cousins From The West » bien moins fédérateur. C’était en juillet 2009 et mon manque d’enthousiasme, couplé à une culture stoner tenant alors sur une feuille de papier à cigarette, m’avaient à l’époque dissuadé d’en faire une chronique. Plus posé, explorant la fibre d’un blues de rase campagne au détriment de la virtuosité rock plus urbaine du génial « From Beale Street To Oblivion », ce neuvième album n’était pas fait pour moi. Mais aujourd’hui (ou plutôt hier, « Earth Rocker » étant quasiment sorti il y a un an jour pour jour), changement de braquet ! Boosté par la ferveur de festivaliers en mode Pure Rock Fury, CLUTCH passe la vitesse supérieure (et puisqu’on en est à exhumer la 1ère place de feu PANTERA au Bilboard en 1994 avec « Far Beyond Driven », embrayons sur leur très honorable 15ème position vingt ans plus tard, un record pour le groupe de Germantown).

Ma science de la pierre qui roule valant désormais bien le contenu d’un paquet de Camel, me voilà en mesure de remonter un peu plus le fil d’une riche carrière, débutée en 1990 sous la forme d’un groupe de hardcore (GLUT TRIP). Oh, bien sûr, pas de là à assurer le trajet jusqu’à « Transnational Speedway League » mais suffisamment pour rassurer les amateurs du populaire « Blast Tyrant » ; dès le premier coup de pédale wah wah, « Earth Rocker » lâche les chevaux et nous présente un CLUTCH beaucoup plus nerveux, limite bourrin lorsqu’il accélère le tempo sur l’irrésistible morceau du même nom. Un titre d’ouverture sur lequel Neil Fallon en fait des caisses et bien plus encore, entre rires graveleux forcés et refrain basique scandé jusqu’à la panne d’essence. Qu’on se rassure. Si le combo du Maryland ne tient pas jusqu’au bout la même cadence effrénée, la première partie de l’album regorge de hits calibrés pour la scène. La méthode CLUTCH ? Un déhanché groove donnant dans l’indécent dès les premières mesures (« Mr. Freedom »), des riffs plus gras que les entre-doigts de POPA CHUBBY (« Crucial Velocity », « Unto The Breach ») et, histoire de conclure en moins de temps qu’il n’en faut pour tomber le ceinturon, des refrains d’anthologie à siffler jusqu’à plus soif, comme les roteuses finissant leur course sur l’égérie d’une pub pour bière sans alcool (« D.C. Sound Attack ! »). Tout sauf canada dry, ce CLUTCH là envoie donc du lourd, du solide, de l’efficace. Une stratégie à sens unique ou presque, avec la seule « Gone Cold » en déshérence sur la bande d’arrêt d’urgence. Une baisse de régime bienvenue pour un titre absolument superbe, qui s’extirpe d’autant mieux du tracklisting qu’avec sa gueule d’atmosphère de fin de route pour clandestin balancé hors du train, plus dure est la chute de tension. Sur « Gone Cold », tout n’est que renoncement, tentative de suicide au cendrier de verre brisé et plaies béantes cicatrisées à la clope. Dommage que Neil Fallon, qui a pour l’occasion bouffé le piano, le jazzman et ses partoches en se rinçant le gosier au crachoir, ne soit pas aussi habité sur la deuxième moitié de l’album, nettement moins emballante.

Bien sûr, CLUTCH ne démérite pas et tout attendu qu’il soit, le final se laisse suivre comme une bonne série B ; prévisible mais fonctionnelle en diable, la section rythmique Jean Paul Gaster/Dan Maines fait le métier sur « Cyborg Bette », « The Face » et « Book Saddle E Go », trois titres auxquels il ne manque pas grand-chose pour maintenir la pression rock n’ roll d’un démarrage tout feu tout flamme. Avec de meilleurs refrains et un brin de surprises supplémentaires, ils auraient pu se hisser au niveau de l’irrésistible « Oh, Isabella », la seule des cinq dernières piste à éblouir plein phares. Passant soudain du niveau d’un « Duel » au plus léger « Joyride » de John Dahl, « Earth Rocker » n’a donc ni le magnétisme de l’usine à tubes « Blast Tyrant », ni la variété de jeu d’un « From Beale Street To Oblivion ». Dommage que les membres du quatuor ne l’aient pas joué davantage collectif (pour la première fois de leur carrière, ils ont enregistré dans leur coin chacune de leurs parties), ce très réussi dixième album laissant trop de gomme derrière lui pour semer la patrouille. Crime presque parfait !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
31/03/2014 18:18
note: 7/10
Je me réveille plutôt en deuxième partie pour ma part, le début est trop bourrin-à-la-Blast-Tyrant mais sans être fait du même or.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Clutch
Stoner
2013 - Weathermaker
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (26)  8.59/10

plus d'infos sur
Clutch
Clutch
Stoner rock bluesy - 2005 - Etats-Unis
  

vidéos
Crucial Velocity
Crucial Velocity
Clutch

Extrait de "Earth Rocker"
  

tracklist
01.  Earth Rocker
02.  Crucial Velocity
03.  Mr. Freedom
04.  D.C. Sound Attack!
05.  Unto The Breach
06.  Gone Cold
07.  The Face
08.  Book, Saddle, E Go
09.  Cyborg Bette
10.  Oh, Isabella
11.  The Wolf Man Kindly Requests ...

Durée : 44 min.

line up
parution
15 Mars 2013

voir aussi
Clutch
Clutch
Blast Tyrant

2004 - DRT Entertainment
  
Clutch
Clutch
From Beale Street To Oblivion

2007 - DRT Entertainment
  
Clutch
Clutch
Robot Hive / Exodus

2005 - DRT Entertainment
  
Clutch
Clutch
Clutch

1995 - Atlantic Records
  
Clutch
Clutch
Psychic Warfare

2015 - Weathermaker
  

Essayez aussi
Monster Magnet
Monster Magnet
Last Patrol

2013 - Napalm Records
  
Harms Way
Harms Way
Oxytocin

2006 - Black Lodge Records
  
Hot Knives
Hot Knives
Static Bloom (EP)

2018 - Autoproduction
  
Down
Down
Down III
(Over The Under)

2007 - Roadrunner Records
  
Oklahoma Swamp Monster
Oklahoma Swamp Monster
Oklahoma swamp monster (EP)

2013 - Autoproduction
  

Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique