chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nécropole - Ostara

Chronique

Nécropole Ostara (Démo)
[ A propos de cette chronique ]

Les demos ne passionnent plus trop les foules mis à part les die-hard fans, les collectionneurs(ses) ainsi que les dénicheurs(ses) de groupes. Pourtant celles-ci cachent de véritables pépites – Bölzer, Éos, Khthoniik Cerviiks, Malthusian, Muknal, Swarþ et j'en passe ! – permettant aux formations de se faire connaître auprès des labels et du public, avant de sortir un longue-durée ou non (cf. Vlad Tepes ou encore Rhinocervs). D'ailleurs nombreuses sont les œuvres de qualité parues depuis le début de l'année 2015 et Ostara, seconde demo des Français de Nécropole, fait indéniablement partie de celles-ci. Que ce soit le visuel tant sobre que classe – « Scene im Hades» de l'Allemand Fidus – et à la forte portée symbolique ou la démarche très intègre du trio, nostalgique de la scène des années 80-90, tous les ingrédients étaient réunis pour plaire. Résultat : après l'écoute de cette dernière, via le net, je me suis enquise sur cette obscure entité et ai vite mis la main sur leurs deux sorties réalisées via Résilience – une structure des plus confidentielles.


Une acquisition certes rapide mais loin d'être regrettée même si Atavisme... (2014) est nettement distancée par son successeur. En effet, si l'écoute ne marque pas forcément les esprits par un ensemble un peu trop classique, elle n'en reste pas moins agréable, constituant une base solide sur laquelle Nécropole va pouvoir ériger son Empire. Néanmoins la pâte du groupe reste facilement identifiable avec une production bien raw, un riffing inspiré par la scène finlandaise ainsi que ce mélange entre rugosité, haine et mélancolie. Ostara se pose donc comme la suite logique de la première demo, tel un second chapitre, beaucoup plus abouti, sophistiqué et percutant. Déchéance, Amertume (Caverne) et Brume (alias Fog : Norman Shores, Aurvandil, ex-Caverne) élèvent le niveau d'un cran grâce à des compositions encore plus travaillées et épiques, une petite touche de modernité et des influences mises sur un pied d'égalité. Le trio est incisif, prenant à la gorge d'entrée de jeu avec le titre introductif « Immanence », où vous êtes à la fois happés par ce bourdonnement constant et ensorcelés par les riffs extrêmement accrocheurs, groovy et entêtants, renvoyant à Horna.


La tension est palpable de bout en bout, Nécropole ne relâchant jamais la pression malgré quelques courts breaks et passages plus lents – sur « Trahison Fratricide » notamment. Le rythme reste relativement élevé avec un Brume déroulant les blast beats. De plus certaines mélodies sont ici beaucoup plus plus riches, actuelles et lumineuses donnant un côté sur-épique à l'ensemble à vous donner des frissons – « Nécropole » – et semblant toutes droit sorties de Let the Devil In de Sargeist. Un aspect qui accentue le côté guerrier des titres et met en relief le propos de la formation, montant crescendo au fil des minutes pour un final des plus jouissifs sur le dernier morceau avec un riff heavy puissant et très bien senti. Une lutte menée a tombeau ouvert où les émotions viennent inconsciemment se mêler. La rage et la nostalgie souvent cohabitent portées par la voix très arrachée et légèrement dépressive de Déchéance ainsi que les lignes poignantes à la Baptism (Morbid Wings of Sathanas étant un bel exemple). Tels des alchimistes, le groupe combine avec aisance différents éléments afin de délivrer leur précieuse mixture avec Ostara, une œuvre très addictive dont les effets d'accoutumance ne feront que croître au gré des écoutes.


Si l'ombre de la Finlande se profile sur cette demo le trio arrive toutefois à se démarquer grâce à de nombreux éléments : une personnalité forte, un côté plus martial, le parti pris du chant en Français, une âpreté et mélancolie singulière ainsi que des paroles dénuées d’occultisme et très radicales (cf. Caverne, le projet de Amertume). Car Nécropole ne cache pas son idéologie en délivrant dans le livret ses trois textes assez abstraits, fusionnant de façon décousue mythologie, passé et monde contemporain. Autant les amateurs et amatrices de groupes de black metal subversifs ou même nationalistes trouveront forcément leur bonheur auprès des Français mais les autres devront mettre – comme moi – leur plus beau pince-nez voire passer leur chemin. Néanmoins ce serait passé à côté d'un petit bijou de noirceur que de ne pas faire abstraction de cette doctrine. Une œuvre extrême en tout point qui vous caresse dans le sens du poil par des riffs mélodieux puissants et aguicheurs, plaçant Nécropole dans la liste des formations à suivre de près.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
10/06/2016 21:01
note: 4.5/5
Ça faisait bien longtemps qu'une demo ne m'avait pas touché comme cela Ende mis à part. Riffs poignants, magnifique prod, tout est savamment dosé musicalement.
Un must have.
AxGxB citer
AxGxB
17/01/2016 10:08
note: 4/5
Très chouette démo en effet avec, comme tu le dis, des mélodies vraiment bien fichues et prenantes comme celle d'"Immanence" qui reste mon titre préféré.
Bon, après les idées, c'est dommage mais j'en fait abstraction également.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nécropole
Black Metal
2015 - Résilience
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (7)  4.14/5
Webzines : (1)  3.75/5

plus d'infos sur
Nécropole
Nécropole
Black Metal - 2013 - France
  

formats
  • K7 / 2015 - Résilience

écoutez
tracklist
Immanence
Trahison Fratricide
Nécropole

Durée : 21.55 minutes

line up
parution
8 Janvier 2015

voir aussi
Nécropole
Nécropole
Solarité

2018 - Northern Heritage
  
Nécropole
Nécropole
Nécropole (Compil.)

2016 - Northern Heritage
  

Essayez aussi
Aryman
Aryman
Czarne rytuały otchłani

2016 - Hass Weg Productions
  
One Tail, One Head
One Tail, One Head
One Tail, One Head (Compil.)

2011 - Terratur Possessions
  
Malokarpatan
Malokarpatan
Stridžie dni

2015 - Hexencave Productions
  
Martröð
Martröð
Transmutation Of Wounds (EP)

2016 - Terratur Possessions
  
Infernal War
Infernal War
Axiom

2015 - Agonia Records
  

Découverte de l'année
Arna
Dragged to a Lunar Grave
Lire la chronique
Pink Floyd
The Dark Side Of The Moon
Lire la chronique
Krallice
Demonic Wealth
Lire la chronique
Meth Leppard / Infanticide
Meth Leppard / Infanticide ...
Lire la chronique
Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique