chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Flub - Flub

Chronique

Flub Flub
Le récent label The Artisan Era (fondé il y a cinq ans) qui tire la bourre à Unique Leader (tombé dans le vilain brutal deathcore/slam), continue son recrutement de jeunots geeks adeptes de l’astiquage de manche (tout autant abhorrés par d’autres). Pas des noms totalement inconnus ici et qui pourraient donner envie de poser une oreille à certains (comme moi), Michael Alvarez (Alterbeast) au chant, Eloy Montes (ex-Vale Of Pnath) à la guitare et Jared Klein aux fûts (Rivers Of Nihil) pour cette formation de 2013, Flub (« gaffe » en anglais). Deux EP et voici leur premier album à la pochette chatoyante intrigante sortie d’un jeu « heroic fantasy » ou d’un livre de contes féériques (de l’illustratrice allemande Nele Diel).

Flub semble jouer à l’instar de Vale Of Pnath, Alterbeast ou beaucoup d’autres, sur le créneau du The Black Dahlia Murder sous perfusion technique (feu Arsis)… Mais pas que ! Le groupe de Sacramento possède dans sa manche le joker « nawak » (ah j’entends mon ancien collègue lapin jaune qui accoure), en y incorporant black metal, jazz, fusion et même de la musique latino (cumbia citée). Aspect vulgarisé par Between The Buried And Me (référence inévitable pour Flub) mais qui auraient pris ici une bonne dose de substances illicites (il suffit de regarder l’horrible clip hallucinogène de « Wild Smoke » tourné avec un dollar en poche). Le meilleur exemple de ce patchwork était à mon sens « Umbra Mortis » (djent, black symphonique en passant à du Mike Patton « inside »). Tout cela en restant calibré pour titiller l’oreille et rester fluide de bout en bout (morceaux rognés). Comme munitions death tech : les coutumières mélodies chaudes californiennes ou néoclassiques par paquet, blasts-beats, chant modulé puissant (caricatural certes mais avec du guttural pour bien déboucher les conduits) et production évidemment massive.

Septième morceaux… Et c’est déjà fini ?! Oui 27 minutes seulement au compteur ou comment couper court au boulot entamé et prometteur de la bande. Tout n’était évidemment pas dénué de défaut, la musique de Flub restant au final assez formatée. Des expérimentations avec un arrière-goût d’inachevé qui gagnent à être poussées. Typiquement les tentatives progressives de « Rebirth » qui arrivent à faire leur effet (oui même le chant clair). Pour autant les passages plus « conventionnels » n’en demeurent pas moins efficaces, dès l’ouverture imparable « Last Breath », « Rise From Your Grave » ou « Wild Smoke », me rappelant parfois le défunt With Passion. O combien rageant.

Frustrant. Une durée difficilement acceptable pour ce format (forcément la note en pâtit) et un « délire » trop timide, comme un ornement à ce death mélodique technique standard malgré tout fichtrement efficace (accrocheur et groovy). Le potentiel se pose bien là et pourrait donner un brin de fraicheur à cette scène de plus en plus uniforme et austère. Malgré la note, mettez donc ce nom de côté car la suite pourrait faire des dégâts si les Américains montent en puissance et osent d’avantage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
10/04/2020 11:34
Bon j'ai fini par l'écouter cet album. Et il est aussi Nawak qu'un premier ministre atteint du Coronavirus. On est loiiiiiiiiiin des Monty Python hein ! :P
Deathrash citer
Deathrash
15/06/2019 19:02
J'ai écouté la musique, c'est pas du tout mon truc.
Mais j'adore la pochette, elle me rappelle une série de jeu : Trine.
MoM citer
MoM
13/06/2019 18:41
Personnellement, l'album qui signifie parfaitement le : "Il y en a, ils sont soit technicien, soit créatif."
Clairement, niveau composition, je trouve ça pas intéressant, déjà entendu mille fois comme s'ils essayaient de réinventer la roue, avec ces pianos au pif lancés en mode "Oh putain j'adore les pianos dans Kingdom Hearts, il faut en foutre !"

Bref, les mecs savent jouer, pas de problème. Mais, comme Equipoise, pour moi faudrait plus de rigueur dans la compo : on dirait des jeunes qui explorent en survolant, sans essayer de vraiment aller au bout des tenants et aboutissants de chaque élément qui constitue le genre musical dans lequel ils jouent. "Le tech joue vite ? Jouons vite ! La créativité, c'est exploser les frontières ? Foutons des trucs au pif sans essayer de voir si ça fonctionne ensemble !"

A un moment, il faut prendre du recul afin de vraiment trouver de la pertinence. Mais quand on veut réinventer la roue sans essayer de comprendre son mécanisme, on tape juste à côté.

Ainsi, des formations comme Flub, Inferi ou Equipoise, pour moi, loupent complètement le côté "efficace" qui rendrait leur musique vraiment top.
De bons techniciens qui proposent de la bonne plastique, mais aucun enjeu réel, ce qui fait que ça passe sans laisser de traces...
Dommage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Flub
Death mélodique technique
2019 - The Artisan Era
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (3)  8.33/10

plus d'infos sur
Flub
Flub
Death mélodique technique - 2013 - Etats-Unis
  

vidéos
Wild Smoke
Wild Smoke
Flub

Extrait de "Flub"
  
Rise from Your Grave
Rise from Your Grave
Flub

Extrait de "Flub"
  

tracklist
01.   Last Breath  (03:15)
02.   Blossom  (03:23)
03.   Umbra Mortis  (04:30)
04.   Dream  (03:28)
05.   Rise from Your Grave  (03:24)
06.   Rebirth  (05:11)
07.   Wild Smoke  (04:19)

Durée : 27:30

line up
parution
7 Juin 2019

Essayez plutôt
Within The Ruins
Within The Ruins
Halfway Human

2017 - Long Branch Records
  
With Passion
With Passion
In the Midst of Bloodied Soil (EP)

2005 - Earache Records
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
II

2016 - Willowtip Records
  
Conducting From The Grave
Conducting From The Grave
Conducting From The Grave

2013 - Autoproduction
  
Catalyst
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords

2019 - Great Dane Records
  

Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique