chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hysteria - From The Abyss… To The Flesh

Chronique

Hysteria From The Abyss… To The Flesh (EP)
Si la France regorge de formations de Death Metal talentueuses il y’a pourtant parmi elles certains vétérans injustement méconnus qui apportent pourtant leur pierre à l’édifice, dans cette catégorie on peut citer les vosgiens de DUNGORTHEB et aussi le quatuor de Saint-Priest qui depuis plus de vingt ans œuvre dans l’ombre, sans que sa musique n’arrive à sortir d’un cercle restreint d’amateurs et d’initiés. Si HYSTERIA n’a jamais été très productif les trois opus réalisés par ses soins sont pourtant des bijoux de Metal de la mort burné où se greffent des parties mélodiques bien troussées qui ne tombent jamais à côté, et dont le résultat final mérite incontestablement d’être (re)découvert. Alors qu’il n’a plus sorti d’EP depuis 2002 le combo revient histoire de faire patienter avec ce format qui propose à la fois de la nouveauté et du live, car il contient trois inédits enregistrés pour l’occasion ainsi que le même nombre de titres (tirés de l’excellent « Flesh, Humiliation And Irreligious Deviance ») mis en boîte lors de leur concert au Sylak Open Air le 9 août 2015. Ayant vu depuis la sortie de ce dernier opus le bassiste Thibault Fontaine partir vers d’autres horizons, les mecs en ont également profité pour lancer comme d’autres leur propre bière intitulée « Blasphemous », proposée notamment par Adipocère qui revient pour l’occasion à son rôle initial. Car l’entité de Christian Bivel s’est réactivée en matière de label et de production après plus de douze ans d’arrêt, et ironie de l’histoire la dernière sortie réalisée par celle-ci n’était autre que le terrible « Haunted By Words Of Gods », premier album des banlieusards lyonnais… hasard ou coïncidence ? le mystère demeure en tout cas.

Si le groupe a multiplié les maisons de disques depuis ses débuts cela n’a jamais eu d’impact sur la qualité de son écriture, et une fois encore il ne va pas décevoir tant ces treize minutes de nouveau son vont comme toujours passer comme une lettre à la poste, faisant juste regretter qu’on n’en ait pas plus à se mettre sous la dent. En effet avec l’introduction « A Path Through Darkness And Sorrow » on retrouve de suite la patte et le son typique de celui-ci, avec son style de riff à la fois froid et sombre couplé à des arrangements plus doux et posés qui renforcent le sentiment de noirceur et de mal-être. Gardant un tempo assez lent elle va servir de tremplin au très bon « Your Pain My Revenge » qui aurait très bien pu figurer sur le dernier long-format en date, car on y entend tout ce qui fait le charme de ses géniteurs entre parties ultra-rapides posées sur un mur de double et celles plus massives où la technique est plus mise en avant. Mélangeant parfaitement toutes les variations il contient juste ce qu’il faut de froideur et de cassures pour ne pas qu’on se perde en chemin, et bien qu’étant construit de façon très classique par ceux-ci il s’apprécie d’autant mieux vu qu’on sait où l’on va. D’ailleurs cette absence de prise de risques (mais totalement en raccord) se confirme ensuite avec le plus aiguisé morceau-titre qui laisse aux parties speedées le loisir de s’exprimer plus nettement, car les rares instants au ralenti servent de transition avant que le tout n’explose de partout, et joue ainsi sur la vitesse élevée et l’entrain communicatif pour headbanguer. Bref on voit que malgré le changement de personnel en interne (une première dans son histoire) les rhônalpins n’en ont pas été affectés et continuent de composer de façon qualitative, tout en conservant leur unicité qui fait leur charme.

Et afin de prouver que le travail effectué passe allègrement l’épreuve de la scène ils ont eu la bonne idée de faire partager sur disque ce qu’ils sont capables de faire en public, et de ce côté-là aucune déception non plus. Bénéficiant d’un son naturel et propre parfaitement audible « Sadistic Deviance », « Ô Father… » et « The Unhealty Signature » se digèrent facilement, et donnent envie de retourner écouter le reste de la discographie qui mérite vraiment d’être (re)découverte et mise en avant. Autant dire qu’il serait malvenu de faire la fine bouche surtout qu’on ne sait pas si un prochain long-format est en projet, mais on l’espère quand même secrètement. En tout cas une fois encore la scène française a fait honneur à son rang et il est fortement conseillé de se pencher sur cette sortie pour ceux qui ne connaîtrait pas les musiciens, qui n’ont rien à envier aux têtes de gondole de l’hexagone, qu’elles soient jeunes ou anciennes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hysteria
Death Metal
2019 - Adipocere Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hysteria
Hysteria
Death Metal - 1996 - France
  

vidéos
Release Party - Live Rock n' Eat (Lyon) - 13/04/2019
Release Party - Live Rock n' Eat (Lyon) - 13/04/2019
Hysteria

Extrait de "From The Abyss… To The Flesh "
  

tracklist
01.   A Path Through Darkness And Sorrow
02.   Your Pain My Revenge
03.   From The Abyss… To The Flesh
04.   Sadistic Deviance (live)
05.   Ô Father… (live)
06.   The Unhealty Signature (live)

Durée : 28 minutes

line up
parution
13 Avril 2019

Essayez aussi
Maveth / Embrace Of Thorns
Maveth / Embrace Of Thorns
A Plague Through The Heavens (Split-CD)

2014 - Dark Descent Records
  
Vorum
Vorum
Current Mouth (EP)

2015 - Sepulchral Voice Records
  
Deteriorot
Deteriorot
The Faithless

2010 - Xtreem Music
  
Psychotomy
Psychotomy
Aphotik

2018 - Everlasting Spew Records
  
Bastard Grave
Bastard Grave
What Lies Beyond

2015 - Pulverised Records
  

Perversor
Umbravorous
Lire la chronique
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Pearl Jam
Ten
Lire la chronique
Gorgon
The Veil of Darkness
Lire la chronique
Slave One
Omega Disciples
Lire la chronique
Monarque
Jusqu'à La Mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview