chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hulder - Godslastering: Hymns Of A Forlorn Peasantry

Chronique

Hulder Godslastering: Hymns Of A Forlorn Peasantry
Après avoir fait ses armes pendant près de trois ans sur plusieurs démos et EP regroupés pour l’essentiel sur la compilation De Oproeping Van Middeleeuwse Duisternis / Embraced By Darkness Mysts parue l’année dernière sur Iron Bonehead Productions, Marz Riesterer rempile en ce début 2021 avec la sortie, toujours sur le label allemand, de son premier album intitulé Godslastering: Hymns Of A Forlorn Peasantry. Moins menaçante qu’à l’accoutumée, la Belge exilée à Portland nous la joue cette fois-ci belle des champs avec une robe qu’aurait probablement rêver de porter Laura Ingalls. Heureusement, ces deux démons ailés sur le côté ainsi que ce logo fiché d’une épée et d’une masse d’armes sont quand même là pour nous rappeler que la demoiselle n’est pas là pour nous conter fleurette...

Pour ce premier album, Marz va sans surprise reprendre les choses là où elle les avait laissé à la sortie de Embraced By Darkness Mysts et de cette Demo 2020 dont est d’ailleurs issu le titre "Purgations Of Bodily Corruptions". Là où Godslastering: Hymns Of A Forlorn Peasantry se distingue néanmoins de tout ce qu’à pu produire Hulder auparavant, c’est dans cette production un poil moins dépouillée et plus soignée que par le passé qui lui confère ainsi d’emblée ce statut d’album à part entière. Un choix qui n’a rien d’innocent puisqu’il devrait notamment permettre à Hulder de toucher un public un petit peu plus large (là où les productions rachitiques et crachotantes des précédentes démos du one-woman band en ont sûrement laissé quelques uns sur le bas côté).

Voilà pour les nouveautés, Marz n’ayant pas pour projet ici de changer son fusil d’épaule ou de revoir sa copie de quelque façon que ce soit. On va donc renouer, et cela sans préambule, avec ce Black Metal très inspiré par la seconde vague norvégienne et mené le plus souvent l’épée en avant à coup de trémolos et de patterns de batterie diablement entrainants mais également un brin répétitifs. Rien de rédhibitoire là-dedans dans la mesure où Hulder n’hésite jamais à rompre avec ces dynamiques le temps de séquences moins haletantes, que ce soit lors de passages bien sentis qui vont permettre de changer la couleur du morceau à l’image de ces breaks que l’on peut trouver sur "Upon Frigid Winds" à 1:40, "Sown In Barren Soil" et ce passage acoustique entamé à 1:40, "Lowland Famine" à 3:14 ou encore de cette longue introduction menée à grand renfort de voix féminine féérique sur "A Forlorn Peasant's Hymn", soit comme ce qui nous est proposé ici à mi-parcours, d’abord avec "De Dijle", titre faisant office d’interlude acoustique à l’atmosphère satanico-bucolique, puis avec "Purgations Of Bodily Corruptions", morceau mid-tempo aux mélodies pour le moins entêtantes.
L’autre atout d’Hulder pour faire oublier la relative monotonie de ses attaques menées le couteau entre les dents, c’est assurément l’apport mélodique qui est fait ici tout au long de l’album. Outre ces nombreux passages acoustiques (de "Sown In Barren Soil" à "De Dijle" en passant par "From Whence An Ancient Evil Once Reigned") qui vont amener avec eux un brin de douceur ainsi qu’un côté folklorique dans ce que le terme à de plus noble et évocateur, il n’est pas rare d’entendre quelques nappes de synthétiseur souvent discrètes mais dont émanent des atmosphères tantôt sombres et menaçantes ("Upon Frigid Winds", "Creature Of Demonic Majesty", "Sown In Barren Soil", "Lowland Famine", la seconde partie de "A Forlorn Peasant's Hymn"), tantôt plus médiévales ("De Dijle", "Purgations Of Bodily Corruptions", la première partie de "A Forlorn Peasant's Hymn", "From Whence An Ancient Evil Once Reigned"...). Et puis il y a bien sur tous ces trémolos venus des fjords du Grand Nord qui ponctuent chaque titre de ces mêmes atmosphères glacées et ténébreuses.

Si Godslastering: Hymns Of A Forlorn Peasantry revêt un caractère extrêmement classique, il n’en demeure pas moins excellent pour autant (cette dynamique haletante et néanmoins variée, ces riffs froids et décharnés, ces mélodiques entêtantes, ces atmosphères prenantes...). Certes Marz Riesterer reprend à son compte une formule largement éprouvée par d’autres avant elle mais elle le fait avec une dévotion et un équilibre particulièrement bien sentis. Surtout, elle a su amener une touche féminine bienvenue à son univers sans pour autant tomber dans les clichés et autres travers du genre (ces voix féminines d’opéra, ces mélodies gnangnans...), restant ainsi fidèle à une certaine vision de ce que doit être le Black Metal. Elle rejoint ainsi avec ce premier album, aux côtés d’Onielar (Darkened Nocturn Slaughtercult) , Koldovstvo (Sortilegia) et Zorgh (Darkspace), la petite poignée de femmes ayant réussit à marquer le Black Metal de leurs empreintes. Bien joué madame !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
19/01/2021 18:05
Chouette album Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hulder
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Hulder
Hulder
Black Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Upon Frigid Winds  (03:22)
02.   Creature Of Demonic Majesty  (03:33)
03.   Sown In Barren Soil  (04:43)
04.   De Dijle  (06:33)
05.   Purgations Of Bodily Corruptions  (04:23)
06.   Lowland Famine  (05:26)
07.   A Forlorn Peasant's Hymn  (06:03)
08.   From Whence An Ancient Evil Once Reigned  (05:07)

Durée : 39:10

line up
  • Hulder / Chant, Guitare, Basse, Batterie

parution
22 Janvier 2021

voir aussi
Hulder
Hulder
Embraced By Darkness Mysts (EP)

2019 - Stygian Black Hand
  
Hulder
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuwse Duisternis (Compil.)

2019 - Our Ancient Future Records
  

Essayez aussi
Sheidim
Sheidim
Infamata (EP)

2017 - I, Voidhanger Records
  
Sargeist
Sargeist
Satanic Black Devotion

2003 - Moribund Records
  
Drastus
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia Prima (EP)

2009 - End All Life Productions
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Non Serviam

1994 - Unisound Records
  
Obscurité
Obscurité
Contemplation

2014 - Ossuaire Records
  

Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique