chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ossuaire - Triumvirat

Chronique

Ossuaire Triumvirat (EP)
Depuis ses débuts en 2016 et porté ensuite par l’excellent accueil réservé à sa doublette « Premiers Chants » / « Derniers Chants » le quatuor de Montréal est devenu une des valeurs-sûres de la nouvelle scène noire venue du Québec, la belle province restant avec les années un des meilleurs lieux de création du genre à l’international. Si le combo s’est fait discret depuis ses deux albums enchaînés à quelques mois d’intervalle celui-ci revient aujourd’hui pour ne pas se faire oublier auprès des fans, à l’heure où la concurrence est exacerbée à l’extrême et où il facile de disparaître des radars. Du coup plutôt que de les faire poireauter encore longtemps avec un opus complet loin d’être fignolé il s’est décidé de sortir un Ep qui a néanmoins suffisamment de contenu pour ne pas décevoir, vu qu’avec quatre nouveaux morceaux pour une durée générale avoisinant la demi-heure on ne peut pas dire que les gars aient fait les choses à moitié. Si les attentes concernant son contenu sont importantes il faut bien reconnaître qu’il va falloir un peu de temps et de patience pour bien l’assimiler tant le résultat va faire passer l’auditoire par tous les états, autant du côté de la surprise que vers la déception et être ainsi au final légèrement déconcerté par cette nouvelle livraison.

Car si l’introduction angoissante, glaciale et sombre nous emmène vers une ambiance propice au recueillement comme vers celle d’une messe noire, le long et tortueux « La Sainte Purge » va être surtout une longue redite radicale et violente où les blasts vont donner le ton la majeure partie du temps, avant qu’en leur sein de greffent ici et là quelques parties rapides et d’autres lentes mais éphémères. Porté par des riffs primitifs et aiguisés répétés presque en boucle l’ensemble se montre vite hypnotique et neigeux, tant on est emporté par le blizzard local mais où émerge une désagréable sensation du fait notamment de cette batterie sablonneuse mise hyper en avant et qui finit par bouffer tout l’espace disponible quand celle-ci se déchaîne. Proposant ici une composition primitive et directe le groupe joue avec sérieux et professionnalisme, même si ça reste très balisé et peut laisser croire d’une exécution en pilotage automatique légèrement dommageable pour l’accroche générale, un constat que l’on va retrouver dans la foulée sur « Triumvirat » aux accents épiques mais à la radicalité toujours exacerbée… voire même trop justement. Car là-encore la rythmique enlevée où le pied n’est jamais levé finit par provoquer une sensation de linéarité évitable, même si la haine dégagée est addictive à souhait et donne clairement envie de rejoindre le Malin et ses légions, même si tout cela est encore une fois très générique.

Néanmoins la deuxième moitié de ce disque sera d’un bien meilleur acabit, lié notamment au fait que les québécois vont ralentir clairement l’allure et ainsi densifier une musique qui va se faire moins brutale mais plus dense et intéressante en jouant sur les ambiances mortifères et spatiales, offrant ainsi un rendu surprenant mais réussi. En effet le long « Ignipotentis » va étonner d’entrée avec ses arpèges acoustiques doux et apaisants auquel vont se succéder alternativement des passages rampants au rythme totalement bridé et d’autres plus déchaînés qui renvoient à la météo hivernale du Canada, entre accalmies attendues et coups de vents dévastateurs. Si tout cela dure neuf minutes cela ne montre jamais de longueur du fait des nombreuses variations et des ralentissements qui créent une musique oppressante qui sans rien révolutionner se montre plus profonde, et sert d’avant-goût à la conclusion intitulée « Cénotaphe ». Ici nulle trace d’accélération ou de rapidité n’est présente mais au contraire la rythmique reste pesante et au ralenti, histoire de terminer sur quelque chose d’éthéré et d’aérien où les voix amènent elles-aussi un supplément d’âme, vu que ça passe facilement du cri le plus désespéré à celle parlée de façon divinatoire et se la jouant grand-maître de cérémonie. Voyant également l’ajout de nappes de claviers discrètes et efficaces cette fin clôt les hostilités de la meilleure des façons tant ici ça se montre plus inspiré et moins monotone que ce qui était proposé au tout début de l’écoute, et prouvant que c’est en étant dans cette veine que l’entité est la plus efficace.

Montrant donc deux facettes à la fois semblables mais aussi diamétralement opposées ce nouveau chapitre dans la carrière de la bande se montre intéressant mais aussi trop inégal pour marquer durablement les esprits, tant au contraire de ces deux longs-formats il se montre en dessous d’eux et sera de fait relativement vite oublié. Si ses créateurs ont l’air d’avoir le cul entre deux chaises il leur faudra faire un choix dans leur orientation, au risque de perdre ce qui faisait jusqu’à présent leur charme et de devenir dans le futur une formation lambda de deuxième division du genre. Ceci serait franchement dommage vu le potentiel de ses membres et de la cohésion qui en résulte, même s’il est certain que ça n’est pas avec ce cru 2021 qu’ils vont gagner de nouveaux fans, tant il n’est pas du tout indispensable malgré ses qualités intrinsèques.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ossuaire
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ossuaire
Ossuaire
Black Metal - 2016 - Canada
  

nouveaute
A paraître le 2 Janvier 2022

tracklist
01.   À l'Aube de l'Impur
02.   La Sainte Purge
03.   Triumvirat
04.   Ignipotentis
05.   Cénotaphe

Durée : 30 minutes

line up
voir aussi
Ossuaire
Ossuaire
Derniers Chants

2019 - Sepulchral Productions
  
Ossuaire
Ossuaire
Premiers Chants

2019 - Sepulchral Productions
  

Essayez aussi
Nettlecarrier
Nettlecarrier
Nettlecarrier

2012 - Indie Recordings
  
Mourir
Mourir
Animal Bouffe Animal

2020 - Throatruiner Records
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Häxan

2008 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Darkthrone
Darkthrone
Arctic Thunder

2016 - Peaceville Records
  
Khragkh
Khragkh
Ersatz

2017 - Autoproduction
  

Cenotaph
Precognition to Eradicate
Lire la chronique
Dordeduh
Har
Lire la chronique
Pillars Of Ivory
The Biblical Scripturez (Co...
Lire la chronique
Wiegedood
There’s Always Blood At The...
Lire la chronique
Telluric Effluvium
Dissolution of the Threefol...
Lire la chronique
Pombagira
Baron Citadel
Lire la chronique
Occulsed
Crepitation Of Phlegethon
Lire la chronique
Wombbath
Agma
Lire la chronique
Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique