chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dark Tranquillity - Construct

Chronique

Dark Tranquillity Construct
Cela ne vous aura probablement pas échappé : la Thrasho Corp (© ™®) est devenue un empire. Naturellement, en tant que membre fondateur de cette entité, Chris en est l'empereur. Une place enviable croyez-vous ? Pas si sûr car en dehors des rendez-vous diplomatiques sur des îles paradisiaques, sa parole et ses actes ont désormais un poids considérable sur le monde, à tel point que notre maître adoré ne dit ou n'entreprend plus grand chose. Comme vous l'aurez remarqué, ses interventions et participations se font rares, une présence bienveillante toujours intacte qui nous manque au quotidien. Mais ce que l'on a perdu en quantité, on l'a gagné en sagesse : désormais chaque mot et chaque silence est pesé pour nous pousser à être meilleurs. Ainsi aurais-je dû m'attendre à ne pas avoir de retour en demandant en l'air il y a quelques semaines si quelqu'un souhaitait chroniquer le nouveau Dark Tranquillity, l'absence de réponse m'incitant à reformuler explicitement ma demande pour y inclure directement Chris. Et dans son infinie miséricorde, malgré un album *surprenant* (selon ses mots), ce dernier m'a accordé l'honneur de réaliser ce papier. Alors Chris, elle est pour toi cette chronique.

"Surprenant", voilà un terme que je désespérais d'entendre pour qualifier une production des Suédois qui, depuis 10 ans, se contentent d'appliquer une formule bien huilée. Le grand frère "We Are The Void" en était le parfait exemple, ne s'aventurant qu'à quelques expérimentations et allant guère plus loin qu'un "Fiction" franchement plus inspiré. En ce qui me concerne, à l'exception de 3 ou 4 titres, il ne m'en reste rien en tête. Pour un dixième album qui célèbre vingt ans de bons et loyaux services, on ne pouvait qu'espérer un nouveau départ, relayé par une presse particulièrement enthousiaste ; malheureusement, en ce qui me concerne, les premiers extraits diffusés avant la sortie n'auguraient rien de bon, proposant un style plus poussif et accessible. J'attendais néanmoins de pouvoir l'écouter en intégralité en espérant moi aussi être surpris.

Mais c'est un fait : Dark Tranquillity a levé le pied et la frénésie qu'on retrouvait encore en partie sur "We Are The Void" s'est définitivement envolée pour embrasser une musique dans l'ensemble plus calme et ambiancée. Au risque de me faire empaler par une armée de metalleux déchaînés, l'évolution qu'impose "Construct" m'a énormément fait penser au passage d'In Flames à "Soundtrack to your Escape" : terminé les envolées guitaristiques, les airs imparables, les surprises mélodiques, jamais un album des Suédois n'a été aussi linéaire et prévisible où les compositions simples et directes assurent un plaisir immédiat sans pour autant marquer les esprits. Car indéniablement, ce que le groupe a gagné en accessibilité, il l'a perdu en mordant. Il a gommé les aspérités en réduisant la place des claviers de Brändström (certains applaudiront peut-être) et en limitant l'impact des guitares pour les cantonner aux rythmiques ou à des airs clairs et/ou en tremolo. On peut se demander où nos amis ont égaré leur âme de pionnier de la scène de Göteborg encore très présente sur le précédent opus (remember "The Fatalist", "We are the Void" et "Surface the Infinite"...). C'est d'ailleurs ce manque de relief qui pénalise le plus cet album : pas une note plus haute que l'autre, des mélodies bateau, pas de composition phare ni de passage réellement transcendant et ce malgré des compositions plutôt hétérogènes sur la forme. Ces dernières offrent en effet un panel assez large de sentiments variant de la rage à la tristesse, des tonitruants "Apathetic", "The Silence in Between" et "The Science of Noise" aux contrastés "Uniformity", "What Only You Know" et "State of Trust" en passant par les blocs de glace "None Becoming" et "For Broken Words"... C'est sûr, on ne pourra pas dire que Dark Tranquillity n'aura pas essayé de varier les plaisirs. Toutefois, j'ai trouvé le groupe plus convaincant dans ses titres les moins rapides tels que "What Only You Know", "State of Trust" ou "For Broken Words" ; des morceaux tels que "Endtime Hearts", "Apathetic" ou "The Silence in Between" ne m'ont fait ni chaud ni froid, sorte de redite en moins bien de ce que le quintette a pu produire jusqu'à présent.

Révélation ou naufrage, chacun se fera son opinion. Personnellement, je n'irai pas jusqu'à choisir la seconde option car comme toujours, le combo s'en sort par sa classe et son bon goût. Avant tout, "Construct" doit son salut au maître Mikael Stanne qui livre ici une prestation d'une incroyable justesse. Ses hurlements et son chant clair utilisé à la perfection n'ont jamais été aussi poignants. J'avoue aussi avoir été agréablement séduit par l'ambiance mélancolico-industrielle qui règne sur cet album, une vision froide et malsaine du futur qui rappelle parfois l'inégalé "Projector". Certains titres vous ramèneront peut-être même plus loin comme le rugueux "Apathetic" (et son solo Archenemiesque) aux faux airs de "The Gallery". Enfin, force est de constater la maîtrise avec laquelle le groupe délivre son son, un travail titanesque sur les arrangements qui crée cette atmosphère si compacte et étouffante qu'elle lie l'ensemble. La conclusion "None Becoming" en est le témoignage le plus fort, d'une grâce, d'une beauté et d'un pessimisme qui fait honneur à la réputation des Suédois.

J'ai pu lire ici et là, "une des meilleures pièces de leur discographie". J'ai l'impression de ne pas avoir écouté le même album car j'aurais tendance à dire le contraire. Contrairement à chacune de leurs productions, rien dans ces 42 minutes ne m'a réellement emballé. Tout est beau, tout est bien fait, mais quel manque d'âme, quel manque de passion. La bonne chose néanmoins réside dans le fait que le groupe s'est enfin sorti de son train-train quotidien pour aller de l'avant, une évolution timide et perfectible que l'on ne peut qu'espérer plus convaincante dans les années à venir. Dommage, il y avait de l'idée : du coup c'est un peu con c'truc(t).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
10/06/2013 20:58
note: 6.5/10
Chris a écrit : Oui, je suis en transit à l'aéroport pour retourner aux Seychelles, faut bien s'occuper entre 2 correspondances! Sourire

Tu pourrais peut-être nous pondre une petite newsletter du coup Chris, non ? Mr Green
Invité citer
Chris
10/06/2013 16:52
Oui, je suis en transit à l'aéroport pour retourner aux Seychelles, faut bien s'occuper entre 2 correspondances! Sourire
THUNDER citer
THUNDER
10/06/2013 16:06
Je n'attendait plus grand chose d'eux et j'ai bien fait.

Ta chronique semble avoir réveillé Chris, il a publié 2 chroniques en moins de 4 jours Sourire
Henrik citer
Henrik
07/06/2013 08:08
Tiens je devais être de bonne humeur ce matin pour tester les morceaux en écoute. Dark Tranquillity a sorti 2 grands albums, The Gallery et The mind's I et petit à petit le reste m'a profondément ennuyé... un groupe qui se repose sur ses lauriers. Ce que j'ai entendu ce matin me donne envie d'aller me recoucher, c'est sans aucune saveur... tu as mis sucré dans le style musical, j'aurais mis édulcoré
Invité citer
Moonshield
06/06/2013 20:49
Jm'étais fais un peu chier sur WATV mais la, flûte c'est vraiment bon. Des ambiances bien sombres soutenues par de bien belles mélodies et p*tain la voix de Stanne... ! Impressionnant... Jdois dire que jm'attendais pas à une telle surprise, Construct rentre dans le top 3 de mes DT préférés avec The Gallery et Fiction!
(J'ai encore du mal a me remettre du solo si simple mais si beau de "the science of noise" ou encore de l'ambiance fin du monde de la dernière piste...)
Dead citer
Dead
06/06/2013 20:46
note: 6.5/10
J'ai réécouté ces 2 titres pour la forme et il n'y absolument pas de blasts. Ca fait juste poom-tchac-poom-tchac un peu rapidement, comme dans du At The Gates sur "Apathetic". Par contre sur "Weight of the End", je vois pas du tout ce qu'il a pu trouver.
NightSoul citer
NightSoul
06/06/2013 20:17
note: 7/10
OK merci. J'ai écouté l'album hein au passage. Juste j'ai eu un débat sur un autre webzine que je citerai bien entendu, Heavylaw (encore...) où le chroniqueur a cru bon de vouloir m'apprendre ce qu'est un blast en me citant wikipédia suite à cette phrase :

"Il faut bien admettre que certaines chansons telles que « Apathetic » ou « Weight Of The End » semblent convenues et n’apportent pas grand-chose si ce n’est des blasts beats, une survenance de violence, et des growls mais ça s’arrête là. "

Vouloir m'apprendre le solfège de base de chez base à la batterie, c'est un peu comme une fille qu'à pas de cheveux... allo quoi ?

Me voilà rassuré, moi qui me croyais imbu de ma personne en faisant cette remarque.
Dead citer
Dead
06/06/2013 19:53
note: 6.5/10
NightSoul a écrit : Question : il y-a-t-il des blasts sur cet album ?

Je crois pas, ça m'aurait marqué sinon (comme sur The New Build).

NightSoul citer
NightSoul
06/06/2013 19:49
note: 7/10
J'aime beaucoup STYE qui pour moi est le dernier IF qui sonne IF justement.

Question : il y-a-t-il des blasts sur cet album ?
Niktareum citer
Niktareum
06/06/2013 12:31
Vu les extraits proposés avant sa sortie je crois que je ne vais même pas l'écouter... ZZzzZZZZZz aussi...
Ant'oïn citer
Ant'oïn
06/06/2013 11:43
"l'évolution qu'impose "Construct" m'a énormément fait penser au passage d'In Flames à "Soundtrack to your Escape"

Tu aurais pu arrêter la chronique ici tellement tout est resumé. Je l'ai pas écouté en entier juste les titres en écoute, mais ça a l'air d'un chiant...finit les mélodies, finit les "sensations".
Mitch citer
Mitch
06/06/2013 11:34
La vache que c'est plat... ZZZZzzzzz

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dark Tranquillity
Death mélodique sucré
2013 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (7)  6.29/10
Webzines : (37)  7.71/10

plus d'infos sur
Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Death mélodique - 1991 - Suède
  

vidéos
Uniformity
Uniformity
Dark Tranquillity

Extrait de "Construct"
  
Trailer
Trailer
Dark Tranquillity

Extrait de "Construct"
  

tracklist
01.   For Broken Words
02.   The Science of Noise
03.   Uniformity
04.   The Silence in Between
05.   Apathetic
06.   What Only You Know
07.   Endtime Hearts
08.   State of Trust
09.   Weight of the End
10.   None Becoming

Durée : 42 min.

line up
parution
27 Mai 2013

voir aussi
Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Character

2005 - Century Media Records
  
Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Projector

1999 - Century Media Records
  
Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
The Gallery

1995 - Osmose Productions
  
Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Atoma

2016 - Century Media Records
  
Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Skydancer

1993 - Spinefarm Records
  

Déception de l'année
Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique