chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
119 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cénotaphe - Horizons

Chronique

Cénotaphe Horizons (EP)
Si l’activité de Cénotaphe semble particulièrement chargée ces dernières semaines c’est en grande partie à cause de Kuunpalvelus Records et de sa gestion quelque peu hasardeuse de son calendrier de sorties. Annoncé par le label sur le forum de NWN en septembre 2017, il aura fallu attendre un an avant de voir arriver Horizons sur nos étagères. Un lapse de temps particulièrement long durant lequel Cénotaphe va évidemment continuer de composer quitte à ce que se bouscule aujourd’hui les sorties (un EP, un split en compagnie de Circle Of Ouroborus à paraître dans les prochains jours chez Final Agony Records et la sortie début 2019 d’un premier album intitulé Empyrée via Nuclear War Now!).

Après Alfons Mucha, Cénotaphe est allé piocher dans les travaux d’un autre peintre du 19ème siècle, le Belge Jean Delville connu par les amateurs de Death Metal pour cette fabuleuse peinture ayant servi d’illustration à l’album Blessed Are The Sick de Morbid Angel. Beaucoup plus lumineuse et emprunt d’un certain mystère, il s’en dégage un puissant romantisme que l’on ne trouvait pas spécialement dans l’oeuvre plus obscure et pessimiste du Tchèque. Cette femme quasi nue, suspendue dans les airs dans un mouvement d’extase (l’oeuvre s’intitule d’ailleurs "Extase mystique, du corps vers l’esprit") avec en arrière plan ce soleil rougeoyant collent à mon avis bien davantage avec ce que le groupe a à nous offrir aujourd’hui.

Pourtant, les morceaux qui composent Horizons ne sont pas si différents de ceux que l’on trouve sur La Larve Exulte, première démo prometteuse de Cénotaphe. D’ailleurs les Normands n’ont rien changé de leur formule, renouant sans grande surprise avec ce Black Metal racé et épique qui les caractérisait jusque-là. La seule véritable différence ici semble le soin tout particulier apporté aux mélodies et surtout à l’impact de ces dernières sur les compositions du groupe. Évidemment, Cénotaphe n’est pas parti ici d’une feuille blanche puisque La Larve Exulte possédait déjà quelques coups d’éclats bien sentis comme sur "L'Hydre Aux Mille Visages" et "Tel Est Mon Chant". Néanmoins, ce n’est rien en comparaison de ce que l’on peut trouver sur Horizons, bien plus abouti en la matière. On savait Fog (ou Brume) déjà particulièrement à l’aise avec l’exercice (outre ses participations au sein de Caverne et Nécropole, celui-ci compte également un nombre conséquent de projets menés plus ou moins en solo) mais le résultat est ici encore plus mémorable qu’il ne l’était sur La Larve Exulte. Comment ne pas avoir envie de brandir son poing ou comment ne pas se laisser happer par les mélodies fières et bouleversantes de "Ce Qui Souffre, Ce Qui Suinte", par les premières mesures entêtantes de "Bourreaux Et Suppliciés" ou bien encore par celles pleines de rancœur d’"Entre Quatre Cierges De Cire Et De Sang" ? Un amour pour les mélodies amers, épiques et romantiques qui nourrit un Black Metal aux références évidentes (Seigneur Voland et une partie de la scène finlandaise en tête) et pourtant si unique.

Car ne vous y trompez pas, en dépit de ces quelques parallèles que chacun choisira de tracer ou non, Cénotaphe reste un groupe relativement à part dans le paysage hexagonal. Outre l’excellent travail effectué ici sur les mélodies (encore une fois, c’est très certainement ce qui rend chaque morceau aussi mémorable et finalement ce groupe assez unique), impossible de ne pas évoquer l’importance du chant écorché et lointain de Khaosgott dans la construction de cette identité. Alors que les mélodies apportent avec elles un certain romantisme désabusé typiquement français ainsi qu’un côté épique et va-t-en-guerre, la voix pleine d’amertume et de désespoir va très justement sublimer ces mêmes mélodies et nourrir à sa manière cette noirceur, ce ver immonde, sur lequel Cénotaphe s’est construit tout entier. Mené la rage au ventre et le cœur vaillant, Horizons pue la sincérité à plein nez. Le groupe y livre ses tripes à travers une musique sans artifice, les quelques samples et autres arrangement n’étant là qu’à des fins immersives. Un Black Metal redoutable et authentique mené de front par deux musiciens travaillant ici en véritable symbiose afin d’accoucher de quelque chose qui n’appartient qu’à eux et à eux seuls.

Un véritable cran au-dessus de La Larve Exulte, Horizons devrait rallier à sa cause tous ceux qui trouvait jusque-là en Cénotaphe un succédané valable mais évidemment moins concluant qu’un certain Nécropole. Et si je ne puis mesurer la qualité des sorties à venir en dépit de quelques extraits dispensés ici et là, je ne pense pas trop me tromper en affirmant que le groupe risque très probablement d’égaler voir même de supplanter ce projet d’Amertume qui nous a pourtant livré cette année l’un des meilleurs albums français dans le genre. Vivement la suite qui ne saurait tarder.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
07/12/2018 08:57
note: 4/5
J'avais zappé cette sortie, effectivement du très bon et le groupe confirme qu'il prend de l'envergure et de la qualité, plus que prometteur pour la suite !
Sagamore citer
Sagamore
07/12/2018 08:40
note: 4.5/5
En passe de devenir un essentiel de la scène française.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cénotaphe
Black Metal
2018 - Kuunpalvelus Records
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (4)  4.13/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Cénotaphe
Cénotaphe
Black Metal - 2015 - France
  

tracklist
01.   Ce Qui Souffre, Ce Qui Suinte  (05:05)
02.   Le Crachat Sur l'Offrande  (04:50)
03.   Bourreaux Et Suppliciés  (05:12)
04.   Entre Quatre Cierges De Cire Et De Sang  (07:43)
05.   Aspic  (04:15)

Durée : 27:05

line up
parution
4 Septembre 2018

voir aussi
Cénotaphe
Cénotaphe
La Larve Exulte (Démo)

2016 - Kuunpalvelus Records
  
Cénotaphe
Cénotaphe
Empyrée (EP)

2019 - Nuclear War Now! Productions
  
Cénotaphe
Cénotaphe
Monte Verità

2020 - Ossuaire Records
  
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus (Split 12")

2018 - Final Agony Records
  

Essayez aussi
Bathory
Bathory
Bathory

1984 - Black Mark Productions
  
Forteresse
Forteresse
Thèmes Pour La Rébellion

2016 - Sepulchral Productions
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Henbane

2013 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Wyrms
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarchie purificatrice

2018 - Ossuaire Records
  
Arizmenda
Arizmenda
Within the Vacuum of Infinity

2009 - Crepusculo Negro
  

Surprise de l'année
Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique