chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
162 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Teitanblood - The Baneful Choir

Chronique

Teitanblood The Baneful Choir
Si Teitanblood possède bien sa propre page Facebook, le groupe s’est toujours montré d’une très grande discrétion, dispensant ses publications avec la plus grande parcimonie. Alors forcément, lorsque celles-ci ont commencées à devenir un poil plus régulières, il semblait évident qu’il se tramait quelque chose de louche du côté de l’entité espagnole. Suivant un plan de communication parfaitement élaboré par le label Norma Evangelium Diaboli désormais passé maître dans l’art des annonces surprises et de la rétention d’informations, le groupe n’a ainsi quasiment rien révélé de ce nouvel album si ce n’est quelques informations d’usage telles que sa date de sortie, son titre et son artwork. Il aura finalement fallu attendre la date de sortie officielle du 18 octobre pour voir émerger un stream complet de l’album via YouTube.

Alors c’est vrai, Teitanblood avait bien tenté de nous faire patienter avec la sortie fin 2016 d’un EP deux titres (mais un seul inédit) aussi redoutable que frustrant. Pour autant, ce serait mentir que de dire que ce nouvel album n’était pas particulièrement attendu. Intitulé The Baneful Choir, ce dernier est une fois de plus illustré par le Finlandais Timo Ketola. Une œuvre monochrome aussi infernale que la musique de Teitanblood à laquelle vont venir s’ajouter à l’intérieur du livret les illustrations hallucinées et absolument incroyables de Dávid Glomba (Cult Of Fire, Malokarpatan, Svartidauði...). Fonctionnant a priori toujours sur la base d’un duo, l’entité espagnole a tout de même fait appel à quelques éléments externes pour nourrir sa vision de l’apocalypse. On retrouve ainsi une fois de plus monsieur CG Santos derrière tous les effets (déjà en charge de ces derniers sur Seven Chalices et Death) alors que, et c’est une première, Javier Félez du groupe Graveyard se charge ici d’exécuter l’intégralité des leads de l’album (en plus du travail de production pour lequel il rempile pour la énième fois).

A priori, il n’y avait donc aucune raison pour que je ne tombe pas dès les premières secondes sous le charme de ce nouvel album. Sauf qu’en fait cela n’a pas été aussi évident puisque sans parler de véritable déception, les premières écoutes de la bête ont été plutôt déconcertantes. Pourtant, on ne peut pas dire que Teitanblood ait véritablement changé quoi que ce soit à son modus operandi mais l’immersion dans l’univers dense et chaotique des Espagnols à nécessité pour la première fois de prendre un peu de recul en laissant reposer l’ensemble avant d’y revenir. Un choix judicieux qui, en ce qui me concerne, a rapidement porté ses fruits puisqu’après un mois sans y revenir, j’ai fini par me prendre la correction attendue en premier lieu. Ouf...
Il faut dire à ma décharge que Teitanblood ne m’a pas facilité les choses avec ces deux premiers morceaux faisant davantage office de préambules. Une entrée en matière tout en retenue ou en tout cas bien loin des excès supersoniques du redoutable "Anteinfierno", titre servant d’introduction à l’impitoyable Death. Bien plus vicieux et sournois que ces deux prédécesseurs, The Baneful Choir va opter pour une approche que je ne qualifierai pas de moins frontale mais en tout cas de moins dense, en grande partie à cause (ou grâce, c’est selon) de ces quatre plages quasi toutes instrumentales (à l’exception de "Black Vertebrae", titre étonnamment lent pour du Teitanblood) permettant tout de même d’aérer grandement le propos des Espagnols. On remarquera également que les titres sont dans l’ensemble beaucoup moins longs que sur Death avec notamment un seul morceau au-dessus des huit minutes (contre cinq sur son prédécesseur). Pour autant, le groupe n’est toujours pas là pour amuser la galerie et ces quelques moments effectivement moins soutenus vont insuffler une tension particulièrement suffocante et angoissante (notamment l'enchaînement "Rapture Below" / "Black Vertebrae") faisant finalement de The Baneful Choir un album différent sans pour autant véritablement sacrifier à ce qui a toujours fait l’intérêt de Teitanblood jusque-là.
Véritable machine à annihiler, le groupe continue de mener ses assauts avec cette même intensité exacerbée. Une force de frappe toujours aussi hallucinante qui, sans trop de surprise, fini par mettre une fois de plus l’auditeur à genou. Certes, la production se révèle tout de même un brin plus étriquée que celle de Death mais l’immersion dans l’univers chaotique et absolument infernal de Teitanblood reste toujours aussi aisé et surtout l’impact n’en est pas moins fort. Il faut dire que le groupe a toujours su mettre toutes ses tripes et son énergie dans sa musique. Entre les attaques ininterrompues de J. qui n’a de cesse de marteler ses fûts et ses cymbales, les riffs carnassiers et ultra-nerveux de NSK rendus encore plus psychotiques grâce aux leads chaotiques et démoniaques dispensés ici par Javier Félez et ces quelques ralentissements assassins, Teitanblood n’a aucun mal à convaincre, mettant constamment l’auditeur dans une situation où celui-ci ne fait que subir, subir et encore subir, attendant patiemment que les coups finissent par s’arrêter de pleuvoir pour espérer reprendre son souffle.

Moins immédiat qu’un Death qui possède effectivement cette faculté de vous avaler dans son maelstrom de violence dès les premières secondes pour ne vous recracher complètement ravagé que soixante-huit minutes plus tard, The Baneful Choir fait preuve de davantage de sournoiserie, façonnant, à l’image de cet artwork bouillonnant, des atmosphères bien plus insidieuses. Alors forcément, on pourrait avoir le sentiment que Teitanblood a quelque peu calmé le jeu mais ce n’est pas tout à fait vrai. Car si l’atmosphère se fait effectivement beaucoup plus sournoise et suffocante, le groupe continue de pilonner sans relâche, offrant encore une fois l’un des Black/Death les plus redoutables que l’on puisse trouver dans le milieu.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

16 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
22/11/2019 14:40
dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : dantefever a écrit : [quote="gulo gulo"]Tu veux dire que c'est pas des fragiles, c'est ça ?

Troll à part, c'est même pas ça en fait. J'adore la musique de fragile, je serais mal placé pour taper dessus.

Nan si je veux parler sérieusement, chez Teitanblood, j'ai l'impression que ça joue vrai, que c'est authentique et éprouvé, alors que je trouve Tool très artificiel, même au-delà des qualités objectives.


Le dernier album (de Tool) m'exaspère, mais s'il y a un défaut dont je ne l'accuserai pas, c'est d'être artificiel.
Suffisant, en revanche, et bouffi ? A 500%.


Pour moi, cette suffisance et cette bouffissure sont justement les sources de cette artificialité. Les mecs passent plus de temps à s'écouter et se regarder jouer et composer qu'à réellement jouer et composer ; c'est le sentiment que ça me donne, et c'est exactement ça qui sonne artificiel à mes oreilles.

Après oui, c’est authentiquement artificiel si tu veux,. Les mecs croient à mort en ce qu'ils font, mais ça n'empêche pas pour autant le truc d'être artificiel.


Ah, alors on est tout à fait d'accord (décidément, c'est le thread de l'harmonie et du consensus ici) : ce qui me gêne le plus avec Fear Inoculum est le sentiment d'être forcé à mater des mecs qui se malaxent la nouille dans le falzar en échangeant entre eux des sourires gourmands (ces riffs, bon sang, et ces percus teeeeeellement bourrées de feeliiiiiiiiing).


Teitanblood, un groupe fédérateur, vecteur d'harmonie, de consensus et de lien social[/quote]

De vivrensemble. Ce truc de fragiles. CQMFFD.

(Pour les jeunes,CQFD c'est le proto mic drop)
Keyser citer
Keyser
22/11/2019 13:58
note: 6.5/10
gulo gulo a écrit : Keyser a écrit : gulo gulo a écrit : Keyser a écrit : Un bon album mais je préférais Death, beaucoup plus intense et death metal malgré une durée excessive. Là ça joue un peu trop sur les atmosphères, avec tout un tas de grondements sourds pas très intéressants. Quand ça bourre par contre, ou du moins que ça joue de la vraie musique, c'est autre chose, le morceau "Inhuman Uterrings" est excellent.

Pour une fois qu'on est d'accord - sur le point précis qui en général nous divise, qui plus est !
Je crois qu'en fait je trouve que d'habitude Teitanblood doivent être parmi les rares qui instaurent autant de cette fameuse "atmosphère" sans avoir pour autant rien à envier à personne sur le bourrage, l'équarrissage pur et simple et l'écrasage de crânes par terrains de football entiers.


Nous, d'accord ?! Ça ne me plaît pas du tout. J'invoque tout de suite Dead Congregation !


Tu veux dire, comme dans "les auteurs de Promulgation of the Fall, à propos de quoi j'ai retourné ma veste bien proprement", c'est ça ?


Ah j'ai dû rater cet épisode alors !
Dantefever citer
Dantefever
22/11/2019 12:22
gulo gulo a écrit : dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : Tu veux dire que c'est pas des fragiles, c'est ça ?

Troll à part, c'est même pas ça en fait. J'adore la musique de fragile, je serais mal placé pour taper dessus.

Nan si je veux parler sérieusement, chez Teitanblood, j'ai l'impression que ça joue vrai, que c'est authentique et éprouvé, alors que je trouve Tool très artificiel, même au-delà des qualités objectives.


Le dernier album (de Tool) m'exaspère, mais s'il y a un défaut dont je ne l'accuserai pas, c'est d'être artificiel.
Suffisant, en revanche, et bouffi ? A 500%.


Pour moi, cette suffisance et cette bouffissure sont justement les sources de cette artificialité. Les mecs passent plus de temps à s'écouter et se regarder jouer et composer qu'à réellement jouer et composer ; c'est le sentiment que ça me donne, et c'est exactement ça qui sonne artificiel à mes oreilles.

Après oui, c’est authentiquement artificiel si tu veux,. Les mecs croient à mort en ce qu'ils font, mais ça n'empêche pas pour autant le truc d'être artificiel.


Ah, alors on est tout à fait d'accord (décidément, c'est le thread de l'harmonie et du consensus ici) : ce qui me gêne le plus avec Fear Inoculum est le sentiment d'être forcé à mater des mecs qui se malaxent la nouille dans le falzar en échangeant entre eux des sourires gourmands (ces riffs, bon sang, et ces percus teeeeeellement bourrées de feeliiiiiiiiing).


Teitanblood, un groupe fédérateur, vecteur d'harmonie, de consensus et de lien social
Sim citer
Sim
22/11/2019 10:28
note: 7.5/10
Bon album c'est vrai, c'est l'un des géants de la scène c'est sûr. J'ai toujours un peu de mal, comme dit dans la chronique il est plus "vicieux", subtil. Je préfère toujours Seven Chalices et Death (impossible de choisir entre les deux), peut-être plus classiques et frontaux.

gulo gulo citer
gulo gulo
22/11/2019 10:12
dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : Tu veux dire que c'est pas des fragiles, c'est ça ?

Troll à part, c'est même pas ça en fait. J'adore la musique de fragile, je serais mal placé pour taper dessus.

Nan si je veux parler sérieusement, chez Teitanblood, j'ai l'impression que ça joue vrai, que c'est authentique et éprouvé, alors que je trouve Tool très artificiel, même au-delà des qualités objectives.


Le dernier album (de Tool) m'exaspère, mais s'il y a un défaut dont je ne l'accuserai pas, c'est d'être artificiel.
Suffisant, en revanche, et bouffi ? A 500%.


Pour moi, cette suffisance et cette bouffissure sont justement les sources de cette artificialité. Les mecs passent plus de temps à s'écouter et se regarder jouer et composer qu'à réellement jouer et composer ; c'est le sentiment que ça me donne, et c'est exactement ça qui sonne artificiel à mes oreilles.

Après oui, c’est authentiquement artificiel si tu veux,. Les mecs croient à mort en ce qu'ils font, mais ça n'empêche pas pour autant le truc d'être artificiel.



Ah, alors on est tout à fait d'accord (décidément, c'est le thread de l'harmonie et du consensus ici) : ce qui me gêne le plus avec Fear Inoculum est le sentiment d'être forcé à mater des mecs qui se malaxent la nouille dans le falzar en échangeant entre eux des sourires gourmands (ces riffs, bon sang, et ces percus teeeeeellement bourrées de feeliiiiiiiiing).
gulo gulo citer
gulo gulo
22/11/2019 10:09
Keyser a écrit : gulo gulo a écrit : Keyser a écrit : Un bon album mais je préférais Death, beaucoup plus intense et death metal malgré une durée excessive. Là ça joue un peu trop sur les atmosphères, avec tout un tas de grondements sourds pas très intéressants. Quand ça bourre par contre, ou du moins que ça joue de la vraie musique, c'est autre chose, le morceau "Inhuman Uterrings" est excellent.

Pour une fois qu'on est d'accord - sur le point précis qui en général nous divise, qui plus est !
Je crois qu'en fait je trouve que d'habitude Teitanblood doivent être parmi les rares qui instaurent autant de cette fameuse "atmosphère" sans avoir pour autant rien à envier à personne sur le bourrage, l'équarrissage pur et simple et l'écrasage de crânes par terrains de football entiers.


Nous, d'accord ?! Ça ne me plaît pas du tout. J'invoque tout de suite Dead Congregation !


Tu veux dire, comme dans "les auteurs de Promulgation of the Fall, à propos de quoi j'ai retourné ma veste bien proprement", c'est ça ?
Dantefever citer
Dantefever
22/11/2019 10:07
gulo gulo a écrit : dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : Tu veux dire que c'est pas des fragiles, c'est ça ?

Troll à part, c'est même pas ça en fait. J'adore la musique de fragile, je serais mal placé pour taper dessus.

Nan si je veux parler sérieusement, chez Teitanblood, j'ai l'impression que ça joue vrai, que c'est authentique et éprouvé, alors que je trouve Tool très artificiel, même au-delà des qualités objectives.


Le dernier album (de Tool) m'exaspère, mais s'il y a un défaut dont je ne l'accuserai pas, c'est d'être artificiel.
Suffisant, en revanche, et bouffi ? A 500%.


Pour moi, cette suffisance et cette bouffissure sont justement les sources de cette artificialité. Les mecs passent plus de temps à s'écouter et se regarder jouer et composer qu'à réellement jouer et composer ; c'est le sentiment que ça me donne, et c'est exactement ça qui sonne artificiel à mes oreilles.

Après oui, c’est authentiquement artificiel si tu veux,. Les mecs croient à mort en ce qu'ils font, mais ça n'empêche pas pour autant le truc d'être artificiel.


Bon sinon pour parler du Teitablood, je le trouve énorme. Il est la fois, et paradoxalement, plus rampant et plus immédiat que "Death" je trouve.
Keyser citer
Keyser
22/11/2019 08:46
note: 6.5/10
gulo gulo a écrit : Keyser a écrit : Un bon album mais je préférais Death, beaucoup plus intense et death metal malgré une durée excessive. Là ça joue un peu trop sur les atmosphères, avec tout un tas de grondements sourds pas très intéressants. Quand ça bourre par contre, ou du moins que ça joue de la vraie musique, c'est autre chose, le morceau "Inhuman Uterrings" est excellent.

Pour une fois qu'on est d'accord - sur le point précis qui en général nous divise, qui plus est !
Je crois qu'en fait je trouve que d'habitude Teitanblood doivent être parmi les rares qui instaurent autant de cette fameuse "atmosphère" sans avoir pour autant rien à envier à personne sur le bourrage, l'équarrissage pur et simple et l'écrasage de crânes par terrains de football entiers.


Nous, d'accord ?! Ça ne me plaît pas du tout. J'invoque tout de suite Dead Congregation !
gulo gulo citer
gulo gulo
22/11/2019 07:56
Keyser a écrit : Un bon album mais je préférais Death, beaucoup plus intense et death metal malgré une durée excessive. Là ça joue un peu trop sur les atmosphères, avec tout un tas de grondements sourds pas très intéressants. Quand ça bourre par contre, ou du moins que ça joue de la vraie musique, c'est autre chose, le morceau "Inhuman Uterrings" est excellent.

Pour une fois qu'on est d'accord - sur le point précis qui en général nous divise, qui plus est !
Je crois qu'en fait je trouve que d'habitude Teitanblood doivent être parmi les rares qui instaurent autant de cette fameuse "atmosphère" sans avoir pour autant rien à envier à personne sur le bourrage, l'équarrissage pur et simple et l'écrasage de crânes par terrains de football entiers.
gulo gulo citer
gulo gulo
22/11/2019 07:54
dantefever a écrit : gulo gulo a écrit : Tu veux dire que c'est pas des fragiles, c'est ça ?

Troll à part, c'est même pas ça en fait. J'adore la musique de fragile, je serais mal placé pour taper dessus.

Nan si je veux parler sérieusement, chez Teitanblood, j'ai l'impression que ça joue vrai, que c'est authentique et éprouvé, alors que je trouve Tool très artificiel, même au-delà des qualités objectives.


Le dernier album (de Tool) m'exaspère, mais s'il y a un défaut dont je ne l'accuserai pas, c'est d'être artificiel.
Suffisant, en revanche, et bouffi ? A 500%.
Keyser citer
Keyser
22/11/2019 07:54
note: 6.5/10
Un bon album mais je préférais Death, beaucoup plus intense et death metal malgré une durée excessive. Là ça joue un peu trop sur les atmosphères, avec tout un tas de grondements sourds pas très intéressants. Quand ça bourre par contre, ou du moins que ça joue de la vraie musique, c'est autre chose, le morceau "Inhuman Uterrings" est excellent.
Sagamore citer
Sagamore
22/11/2019 06:56
note: 8.5/10
dantefever a écrit : Super chronique pour un groupe de vrais tueurs

(Genre des mecs qui n'ont pas besoin de planquer une heure et demie de musique chiante et carresse-zizi derrière un digipack avec écran intégré ...)


Tool m'en touche une sans faire bouger l'autre également, mais comparons ce qui est comparable. Teitanblood n'a pas mis plus de dix ans entre deux albums, et n'a pas le succès de Tool, même en estime. 'Pis évidemment c'est pas du tout les mêmes bails haha.

En tout cas, album qui m'a séduit dès la première écoute, et qui se bonifie au fil de ces dernières. Ce qu'on perd un peu en force de frappe, on le retrouve dans les atmosphères développées. Chronique très juste, comme d'hab Sourire
Dantefever citer
Dantefever
21/11/2019 23:17
gulo gulo a écrit : Tu veux dire que c'est pas des fragiles, c'est ça ?

Troll à part, c'est même pas ça en fait. J'adore la musique de fragile, je serais mal placé pour taper dessus.

Nan si je veux parler sérieusement, chez Teitanblood, j'ai l'impression que ça joue vrai, que c'est authentique et éprouvé, alors que je trouve Tool très artificiel, même au-delà des qualités objectives.
BBB citer
BBB
21/11/2019 17:38
Sourire
gulo gulo citer
gulo gulo
21/11/2019 17:13
Tu veux dire que c'est pas des fragiles, c'est ça ?
Dantefever citer
Dantefever
21/11/2019 16:42
Super chronique pour un groupe de vrais tueurs

(Genre des mecs qui n'ont pas besoin de planquer une heure et demie de musique chiante et carresse-zizi derrière un digipack avec écran intégré ...)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Teitanblood
Black / Death Metal
2019 - Norma Evangelium Diaboli
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (3)  7.67/10

plus d'infos sur
Teitanblood
Teitanblood
Black / Death Metal - 2003 - Espagne
  

tracklist
01.   Rapture Below  (03:34)
02.   Black Vertebrae  (04:38)
03.   Leprous Fire  (04:40)
04.   Ungodly Others  (04:49)
05.   Inhuman Utterings  (06:20)
06.   Insight  (01:44)
07.   ...Of The Mad Men  (01:11)
08.   The Baneful Choir  (08:49)
09.   Sunken Stars  (06:13)
10.   Verdict Of The Dead  (05:05)
11.   Charnel Above  (04:37)

Durée : 51:40

line up
  • NSK / Chant, Guitare, Basse
  • J / Batterie

parution
18 Octobre 2019

voir aussi
Teitanblood
Teitanblood
Purging Tongues (EP)

2011 - Norma Evangelium Diaboli
  
Teitanblood
Teitanblood
Death

2014 - Norma Evangelium Diaboli
  
Teitanblood
Teitanblood
Accursed Skin (EP)

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Energumen
Energumen
Void Spiritualism (EP)

2014 - Blood Harvest Records
  
Exordium Mors
Exordium Mors
The Apotheosis Of Death

2014 - Iron, Blood & Death Corporation
  
Mephistopheles
Mephistopheles
Death Unveiled

2003 - Remedy Records
  
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Atonement Ritual

2009 - Nuclear War Now! Productions
  
Wrathprayer
Wrathprayer
The Sun Of Moloch: The Sublimation Of Sulphur's Essence Which Spawned Death A...

2012 - Nuclear War Now! Productions
  

Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods...
Lire la chronique
The Kryptik
When The Shadows Rise
Lire la chronique